La lutte sera serrée au Caire

La lutte sera serrée au Caire

Lors de cette manifestation, le Maroc est alors représenté par onze lutteurs et lutteuses. Dans la catégorie des 60kg, il s’agit de Mohamed Bouazzaoui (WAC), Boubchouch Abderahmane (WAC) pour les 66kg. Chez les 74kg, les couleurs nationales seront défendues par Badra Mustapha (RSK), Abdelilah Mimouni (RCA) (84 kg) alors que dans la catégorie des 96kg, Mustapha Bouiri (WAC) représente le Royaume.
Tous dans la lutte gréco-roumaine. Pour ce qui est de la lutte libre, Hamza Foutouh du Wydad, est présent dans la catégorie des 55kg. Son co-équipier chez les Rouge et Blanc, Abdellatif Rachidi, entre en lice dans celle des 60 kg, alors que le Rajaoui Ali Bellakchari concourra dans la catégorie des 66 kg. Enfin, Nabil Maâzouz est engagé dans la catégorie des 74 kg. Chez les dames, la compétition de lutte féminine connaîtra la participation de Rajae Rajib (WAC) dans les 48kg et Kawtar Othmani (USM) dans les 51kg. Il est à signaler que l’équipe nationale a rallié le Caire le mardi dernier. Son vol était programmé à partir de l’aéroport Mohammed V à 13h. Le championnat d’Afrique des Nations éditions 2003-2004 de lutte libre, gréco-romaine et féminine, a commencé mardi dernier au Caire.
Cette compétition revêt une importance particulière chez les pays participants. C’est la raison pour laquelle, toutes les nations élites d’Afrique, sans exception aucune, s’engagent à participer avec un maximum d’athlètes. Leur but est de batailler dur pour s’emparer de l’une des trois places au podium de ce prestigieux rendez-vous africain. Pour sa part, la Fédération royale marocaine de lutte a veillé scrupuleusement au bon déroulement des stages, sous la direction technique du jeune Ahmed Maghoussi. Et ce, selon le programme tracé par la commission technique en fonction des moyens disponibles mis à la disposition de la FRML.
Dans de telles compétitions, les stages à l’étranger pour une bonne préparation sont indispensables pour acquérir une expérience supplémentaire. Néanmoins, ces stages en Roumanie, Bulgarie ou en France n’ont pas été effectués faute de moyens. Selon Ahmed Maghoussi, DTN de lutte, «nous disposons d’une équipe nationale jeune sans aucun expérience internationale. Cette compétition africaine va nous permettre de la lancer pour une bonne représentativité des prochaines échéances. Mais nous avons la conviction que nos jeunes sont motivés et pleins d’ambition pour faire un bon championnat d’Afrique et pourquoi par des médailles».

• DNES au Caire, Abdelmajid Bouslim

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *