La Nouvelle-Zélande bat l’Angleterre

La Nouvelle-Zélande bat l’Angleterre

Le même jour à Cardiff, le pays de Galles a sauvé son automne en battant l’Australie (21-18), réussissant enfin à accrocher l’un des trois géants du Sud, après avoir perdu contre l’Afrique du Sud (15-20) et la Nouvelle-Zélande (9-29) lors des test-matches de novembre. Les résultats d’Angleterre-Nouvelle-Zélande et de pays de Galles-Australie garantissent à l’Argentine le statut de tête de série lors du tirage au sort de la Coupe du monde 2011, lundi à Londres. Les Pumas argentins conservent en effet leur 4e place au classement établi par l’International Board (organe suprême du rugby), qui déterminera pour la première fois la répartition des équipes dans les différents chapeaux lors de ce tirage au sort.
Vainqueurs du Tri-Nations, les All Blacks s’affirment plus que jamais comme la meilleure équipe du monde du moment, la déception du Mondial-2007 étant digérée. Déjà surclassés par les Australiens (14-28) et les Sud-Africains (6-42), les Anglais ont du pain sur la planche avant le Tournoi des Six Nations même si, comme le relevait le sélectionneur Martin Johnson, ils sont parfois apparus «en progrès».
Comme face aux Ecossais (32-6), aux Irlandais (22-3) et aux Gallois (29-9), les All Blacks n’ont pas toujours été étincelants, se montrant même laborieux en première période (12-3). Mais dès qu’ils ont accéléré, ils ont balayé des locaux épuisés, leur passant trois essais, par l’arrière Mils Muliaina (58, 66) et le centre Ma’a Nonu (72). Et si Dan Carter n’avait été si malheureux face aux poteaux (16 points ratés), ils auraient infligé aux Anglais une défaite plus lourde que celle administrée par les Sud-Africains (6-42). En quatre matches, les All Blacks ont marqué 12 essais (dont dix en seconde période, signe d’une condition physique supérieure à leurs adversaires européens). Ils n’en ont pris aucun. Samedi, cette défense intraitable a été symbolisée par la cuillère aussi désespérée que splendide de Muliaina, empêchant Nick Easter d’aller à l’essai alors que le score était de 12 à 3 (41). C’était le tournant du match. Sur le contre, l’ouvreur anglais Toby Flood était exclu pour un plaquage haut (43).
Car s’ils n’ont pas démérité, les Anglais ont fait preuve d’une incroyable indiscipline: avant Flood, Lee Mears (24) et James Haskell (32) avaient été exclus. Tom Rees devait l’être en fin de match (76)… «Est-ce que vous essayez de vous suicider?», a demandé l’arbitre Alain Rolland au capitaine du XV de la Rose Steve Borthwick. «Quand vous faites de telles erreurs en match international, elles vous tuent», confirmait Johnson.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *