«La nuit des stars» sous les projecteurs

«La nuit des stars» sous les projecteurs

Il y avait du beau monde, lundi soir, dans un hôtel de la place. L’événement : « La nuit des stars ».
Tous les membres de la famille sportive marocaine, football, athlétisme, rugby, tennis, hand, volley, basket… se sont retrouvés l’espace d’une soirée pour souffler la quatorzième bougie de notre confrère «Al Mountakhab». Fidèles à leur tradition, nos deux confrères Mustapha Badri, directeur de la publication, et Badreddine Idrissi, rédacteur en chef, ont réussi encore une fois à rassembler les grands bonnets du sport national.
La salle était pleine à craquer. «La nuit des stars», elle l’était vraiment. Il n’y avait que des invités de marque : les « Lions de l’Atlas », avec les Naybet, Hadji, Zairi, El Karkouri, Diane, Zaza, Allioui, et à leur tête Baddou Zaki et son staff, nos grands athlètes, Nezha Bidouane, Jawad Gharib, Fatéma Aït Hammou, Brahim Boutayeb, Sahir…Et ce n’est pas tout. Il y avait également l’équipe Morocco 2010, à sa tête Saâd Kettani. Mais aussi les politiques : le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Nabil Ben Abdallah.
Tout ce monde était sous les projecteurs des médias nationaux, mais aussi étrangers, venus nombreux de tous les coins du monde pour réaliser un reportage sur l’athlétisme au Maroc, en général, et notre champion du monde, Hicham El Guerrouj, en particulier, qui se prépare, à Ifrane, pour les prochains Jeux Olympiques d’Athènes. Et pas n’importe lesquels : Gazetta dello Sport, Times, Le Monde, Radio France International, la chaîne allemande ZDF, Al Jazzira, Al Arabia, Doubï, TV5,… Couverture médiatique impressionnante qui aura certainement des retombées positives sur la candidature du Maroc à l’organisation de la Coupe du monde 2010. Maroc, terre d’athlétisme et de foot, mais aussi des grands champions. « Cette soirée est la leur. On ne peut pas avoir un niveau élevé du sport national sans le soutien des médias », a déclaré, d’emblée, Mustapha Badri.
Cette année, les champions étaient nombreux, les consécrations aussi.
Le Prix de la meilleure athlète féminine de l’année 2003 a été décerné à une athlète qui a terminé quatrième du 1500 m, lors des derniers championnats du monde qui se sont déroulés à Paris : Amina Aït Hammou. Celui du sportif de l’année a été attribué à quelqu’un qui n’a pas besoin d’être présenté, le champion du monde Hicham El Guerrouj. Champion du monde du marathon lors des championnats du monde de Paris et auteur d’une belle performance à Lisbonne, où il a bouclé le semi-marathon en 59 minutes 56 secondes, battant ainsi le record national détenu par l’ex-champion du monde du 10 000 m, Khalid Sekkah, Jawad Gharib s’est vu décerner un prix spécial en hommage à ses derniers exploits. Tant attendu, le Ballon d’or de cette édition a été attribué au gardien de but du Raja de Casablanca, Mustapha Chadli, six fois champion du Maroc et vainqueur de la dernière coupe de la CAF. Qu’un portier se voit attribuer ce trophée, cela n’arrive pas souvent.
Pour la deuxième fois, le cadre technique national, M’hamed Fakhir, s’est vu décerner le Prix du meilleur entraîneur. Un trophée qui vient couronner la carrière de ce grand homme qui a beaucoup donné à son ex-club du Hassania d’Agadir, avec qui il a remporté deux fois d’affilée le titre de champion du Maroc, et qui continue de briller avec son nouveau club des FAR, avec qui il occupe, actuellement, le fauteuil de leader du championnat national.
Toujours foot, le « Soulier d’or » de la saison 2002-2003 a été attribué au buteur de l’année dernière, avec 14 réalisations, le même numéro qui figure sur son maillot, Mustapha Bidoudane. Son équipe, le Raja de Casablanca, a remporté celui de l’équipe de l’année. Aucune équipe ne pouvait rivaliser avec les Vert et Blanc, six fois champion du Maroc, vainqueur à trois reprises de la Coupe de la Ligue des Champions africaine, et dernièrement de la Coupe de la CAF.
Meilleur Sifflet de l’année 2003 est revenu à l’arbitre international, Saïd Tahiri. Elle a marqué l’histoire de l’athlétisme marocain en devenant la première femme arabe et africaine à courir une finale du 1500 m. Il s’agit de Fatéma Aouame, l’une des rares représentantes du sport national sur la scène internationale. Autre grand nom primé : le gardien de l’équipe nationale qui a participé à la Coupe du monde de 1970 au Mexique : Allal Ben Kassou. Toute la salle s’est levée pour applaudir ce monument du football national, devant toute une génération de gardiens : Zaki, Laâlou, Chadli, Miagri, Jermouni… Comme d’habitude, la plume, elle aussi, a été récompensée. Le choix s’est porté sur notre confrère Ahmed Sabri de « Itihad Ichtiraqui ». Le dernier exploit de l’équipe nationale du rugby, champion d’Afrique, n’est pas passé inaperçu. La balle ovale, elle aussi, a été primée. Héros national après son beau parcours avec les « Lions de l’Atlas », Baddou Zaki, lui, s’est vu attribuer, un prix spécial, avant de rejoindre les « Champions des coeurs », pour une autre récompense : le prix Coca-Cola. Un chèque de 750 000 de DH.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *