La pétanque féminine rentre bredouille

Médaillée de bronze lors des derniers championnats du monde de pétanque, qui se sont déroulés à La Tuque au Canada en 2002, l’équipe nationale féminine n’a pas pu rééditer le même exploit, dimanche, à Maspalomas en Espagne. L’équipe nationale, composée de Ouissal Khoubane, Latifa Ouaba, Asmaa Bernoussi et Bouchra Alami, s’est inclinée en quarts de finale face à la Suisse sur le score de 13 à 8. Le titre de championne du monde est revenu à la Thaïlande après sa victoire en finale face à l’Allemagne. C’est le troisième sacre mondial des Thaïlandaises après ceux de 1988 et 1990.
Lors de la dernière édition, l’équipe de la Thaïlande avait décroché la médaille d’argent, devant le Maroc et derrière l’Espagne, sacré champion du monde. Toujours concernant la pétanque, mais cette fois-ci masculine, l’équipe nationale effectuera, du 17 au 18 juillet prochain au club de l’ASC, un stage de concentration dans le cadre de ses préparatifs pour la 40ème édition du championnat du monde « triplettes » qui se déroulera fin septembre à Grenoble en France. Stage qui coïncide avec les deux concours amicaux organisés par le club du stade marocain. Club qui compte les meilleurs éléments du championnat national. L’année dernière, le SM avait remporté le doublé, coupe et championnat. Succès qui n’a pas de secrets. Depuis quelques années, le SM recrute les meilleurs joueurs évoluant dans le championnat national, notamment ceux qui défendaient auparavant les couleurs de clubs casablancais. Depuis, le championnat est dominé par le stade marocain.
Selon une source proche d’un club casablancais, le SM n’a pas lésiné sur les moyens pour conquérir le coeur des meilleurs joueurs. «On leur a, tout simplement, fait des propositions financières intéressantes. Et vu ce qu’ils touchaient avant avec leurs clubs, ils n’ont pas hésité à rejoindre le stade marocain», a fait remarquer ladite source, qui ajoute que cela fait presque deux ans que le club fait le plein. Car, selon la même source, il n’y a pas que les titres et les coupes qui sont en jeu. «Le président du stade marocain est en pleine campagne pour présider aux destinées de la Fédération royale marocaine de Pétanque», a tenu à préciser notre source.
Droit légitime, qui intervient à quelque mois de la fin du mandat de l’actuel président, Abdelaziz Dobli Bennani, mais qui dérange certains présidents de clubs. Ces derniers, au lieu de travailler pour le bien-être de ce sport, passent leur temps à semer la zizanie et à régler des comptes avec des personnes qui n’ont rien avoir avec leurs cuisines internes. Dernière victime en date : Chakib Mansour, adhérent à l’USM, mais suspendu pour avoir osé critiquer la gestion du club. Depuis qu’il a témoigné pour notre enquête « Bienvenu aux clubs », publiée le 29 juin dernier, Mansour ne cesse de faire l’objet de menaces de la part de certains dirigeants. Ces derniers l’accusent d’avoir levé le voile sur tout ce qui se passe dans les clubs, alors que son témoignage s’est limité au seul cas de l’USM.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *