La Roma dompte le Real, Liverpool fait plier l’Inter

La Roma dompte le Real, Liverpool fait plier l’Inter

Trois des quatre clubs qui recevaient mardi soir lors de la première journée des 8es de finale aller de la Ligue des Champions ont tiré parti de cet avantage pour s’imposer et prendre une option pour la qualification. L’AS Rome, pourtant mené au score, l’a emporté sur le Real Madrid (2-1) et garde intactes ses chances de qualification, tandis que Liverpool a marqué deux buts à l’Inter Milan (2-0) dans les dernières minutes, mardi en 8e de finale aller de la Ligue des champions. La Roma était pourtant bien mal partie, un but de renard de Raul (son 60e en Ligue des champions) dès la 8e minute plongeait le stade olympique dans le doute. Mais Pizarro (24) égalisait en profitant d’un ballon traînant dans la surface avant que Mancini, après une belle combinaison avec Totti, n’enfonce le clou (58). Le Real n’est pas parvenu à concrétiser au score sa nette domination en première période, alors que la Roma s’est au contraire redressée au cours du match, opposant à l’attaque espagnole un bloc défensif imprenable, même si les Madrilènes se sont montrés maladroits (poteau de van Nistelrooy, frappe de Baptista au-dessus après un caviar de la poitrine de Raul…). La Roma est bien partie, mais le but à l’extérieur du Real fait que tout reste possible. Dans le match phare de la soirée, Liverpool est très difficilement venu à bout de l’Inter Milan qui était venu pour faire un résultat, mais ils ont fini par craquer! Les Milanais, réduits à dix dès la demi-heure de jeu après l’exclusion de Materrazzi pour deux avertissements, ont longtemps offert une résistance acharnée à Anfield. Mais c’est finalement Kuyt, d’une demi-volée à cinq minutes de la fin du match, qui récompensait les Reds de leurs efforts (85). L’Italie peut quand même avoir le sourire car l’AS Rome s’est offerte une courte avance face au Real Madrid qui se sera toutefois montré plus dominateur que réaliste. Bernd Schuster, l’entraîneur du Real a déclaré après le match : « La seule chose qui ne va pas ce soir, c’est le résultat. On avait la possibilité de faire mieux. Mais on a marqué un but, c’est fondamental en Ligue des Champions. Cela nous donne de la confiance avant le match retour. Au cours de nos derniers matches à l’extérieur, on n’avait pas été bons. Ce soir, on a mieux joué, mais on n’a pas été assez réalistes, tandis que nos adversaires ont eu deux ou trois occasions et les ont mises dedans. Ce qui nous manque en ce moment, c’est l’efficacité ».Gerrard, comme souvent à Liverpool, apportait son écot, un second but d’une frappe excentrée limpide, et assurait un bel avantage aux Reds en prévision du retour à San Siro (90). Il s’agit de la troisième défaite de la saison toutes compétitions confondues pour l’Inter Milan, mais elle pourrait peser lourd. L’Olympiakos le Pirée, qui dispute les 8es de finale pour la première fois depuis neuf ans, n’a pas réussi à déstabiliser la solide équipe de Chelsea qui n’avait pris que deux buts lors de la phase de poules qu’elle a d’ailleurs terminé invaincu. Pour l’occasion, l’entraîneur londonien Avram Grant avait laissé son capitaine John Terry sur le banc et n’a fait rentrer Nicolas Anelka et Frank Lampard que tardivement dans la rencontre. Les Grecs, qui n’ont jamais éliminé une équipe anglaise, ont créé peu de situations dangereuses sur la cage de Chelsea et seront condamnés à un exploit dans deux semaines à Londres. La seule véritable surprise est venue de Gelsenkirchen et de la courte mais précieuse victoire de Schalke 04 sur Porto (1-0). Les Portugais, qui retrouvaient le théâtre de leur victoire en finale de la Ligue des champions en 2004 (3-0 face à Monaco), ont encaissé un but de l’international allemand Kevin Kuranyi dès la 4e minute. En fin de rencontre, ils se sont procurés deux occasions de priver le club allemand de son cinquantième succès en 100 matches européens.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *