La Sorec veut valoriser le barbe, cheval qui fait partie du patrimoine marocain

La Sorec veut valoriser le barbe, cheval qui fait partie du patrimoine marocain

Meeting national du cheval barbe et arabe-barbe

A travers ce genre d’événement, la Sorec ainsi que les Haras nationaux à travers le Royaume souhaitent démocratiser l’accès au cheval.

Le cheval barbe et arabe-barbe représente 75 à 80% de l’effectif marocain en chevaux. C’est pour cela que la Société royale d’encouragement du cheval (Sorec) vient de créer le Meeting national du barbe et arabe-barbe afin de valoriser ces deux races équines qui sont fortement ancrées dans le patrimoine marocain. Cette race emblématique du Maroc est une race chevaline très ancienne originaire d’Afrique du Nord. «Le cheval barbe et arabe-barbe sont deux races qui ont longtemps servi au peuple marocain, que ce soit durant la guerre, la tbourida ou l’agriculture. C’est pour cela que ce cheval est une fierté marocaine», explique Dr. Mohammed Oussidhoum, directeur du Haras national d’El Jadida.

La première édition de cet événement s’est tenue du 20 au 24 septembre 2017 audit Haras et se veut être la vitrine par excellence des potentiels et débouchés de ces races ainsi qu’une plate-forme de rencontres des professionnels du secteur. «Nous voulons mettre ces races sur le devant de la scène», continue Dr. Oussidhoum.

C’est pour cela que le programme de ce meeting a été construit afin de mettre en avant les caractéristiques de ces chevaux. S’étalant sur 5 jours, le programme s’est déroulé comme suit : le premier jour, un rallye équestre a été organisé afin de prouver l’endurance de cette race. La deuxième journée challenge a été dédiée à la maniabilité, au dressage et au saut d’obstacles afin de démontrer la finesse et la beauté de la race. Une vente aux enchères s’est tenue le 3ème jour. Cette vente aux enchères avait comme objectif de permettre aux éleveurs-naisseurs de vendre leurs chevaux dans un cadre institutionnel, mais aussi de valoriser leur programme génétique.

Lors des deux dernières journées ont eu lieu les championnats nationaux du barbe et arabe-barbe. Ces championnats visent à mettre en valeur les meilleurs chevaux du Maroc, identifier les meilleurs reproducteurs et orienter les éleveurs vers les meilleures pratiques d’élevage. En plus de mettre en avant le cheval barbe et arabe-barbe, la Sorec veut, avec les Haras nationaux du Maroc, encadrer et encourager les éleveurs. C’est pour cela que le Haras national d’El Jadida met à la disposition des éleveurs des étalons de haute valeur génétique lors des périodes de reproduction, à savoir entre le mois 2 et 6 de chaque année. A travers ce genre d’événement, la Sorec ainsi que les Haras nationaux à travers le Royaume souhaitent démocratiser l’accès au cheval. Mais ce n’est pas tout. Dans le cadre de la stratégie nationale de la filière équine, la société a mené une politique dynamique qui consacre à la race barbe une place de choix. Grâce à cette politique, les effectifs de chevaux barbe ont triplé depuis 2011 avec 1.385 recensés en 2016, soit une hausse de 17% par rapport à 2015.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *