La Turquie déchante après le miracle de l’Euro

Avec huit points en quatre matches, des victoires contre l’Arménie (2-0) et la Bosnie (2-1), des nuls contre la Belgique (1-1) et l’Estonie mercredi (0-0), l’équipe turque, 2e du groupe 5, reste théoriquement en mesure d’accrocher la première place, qualificative, ou la deuxième, ouvrant la voie à des play-offs.
Dans la pratique, les Rouge et Blanc sont déjà en danger. «Après quatre matches, le leader du groupe est déjà connu: ce sera l’Espagne», auteur d’un sans faute en phases qualificatives, affirmait jeudi dans le quotidien populaire Vatan l’ancien meneur de jeu Sergen Yalçin. «Nous devons désormais nous battre pour la deuxième place». Plus grave, avec les deux points abandonnés mercredi à Tallinn face à une modeste équipe estonienne, «nous nous éloignons petit à petit de l’objectif d’une deuxième place et nous cédons la place à la Belgique et à la Bosnie», estimait le commentateur Attila G kçe dans le journal à grand tirage Milliyet. Avec respectivement sept et six points dans leur escarcelle après avoir toutes deux déjà rencontré l’ogre espagnol, la jeune et vigoureuse équipe belge et la formation bosniaque peuvent en effet menacer une Turquie apathique sur le terrain depuis le début des qualifications. «Notre équipe nationale est bancale. Nous n’avons pas de plan, de stratégie, de style de jeu», s’est emporté dans Milliyet l’ancien international Ridvan Dilmen, constatant que la formation n’est «pas sortie de la médiocrité» même lors de ses matches victorieux.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *