Lâarej et Mouhtassine en vedettes

Le National seniors 2004, dont la finale s’est déroulée samedi au Club royal de Mohammédia, a tenu toutes ses promesses. Il y avait du beau tennis. Du beau monde aussi. La finale de l’édition 2003-2004 a mis aux prises deux grandes raquettes du championnat national, Mounir Laârej, du Club municipal de Tanger, et Mehdi Tahiri, du club Riad de Rabat.
Les deux joueurs, qui se connaissent très bien pour avoir disputé plusieurs finales, ne se sont pas faits de cadeaux. Le dernier mot est revenu à l’homme fort en ce moment : Laârej. Ce dernier a réussi à prendre le meilleur sur le sociétaire du CRR par deux sets à zéro 6-4 et 7-5. Si Mounir Laârej n’a pas mis beaucoup de temps pour remporter le premier set, il a, en revanche, souffert avant d’arracher le second. Le réveil de Mehdi Tahiri s’est fait un peu sur le tard. Le Tétounais a tout fait pour déstabiliser son adversaire et espérer revenir dans la partie. Mais en vain. Laârej a su tenir le coup jusqu’à la dernière balle. Grâce à sa victoire en finale samedi après-midi, Laârej ajoute un autre titre à son palmarès. Résultat qui intervient au bon moment, à quelques jours des tours qualificatifs au Grand Prix Hassan II, prévu du 15 au 22 mai.
Le titre en poche, le sociétaire du TCMT pourra entamer ce grand rendez-vous avec beaucoup de sérénité. À rappeler que Laârej a atteint la finale du Championnat national des seniors hommes après avoir barré la route à Belal Chemseddine, sociétaire du SM. Quant à Mehdi Tahiri, il avait éliminé en demi-finales le jeune Ouahabi Talal du RTCMA. Chez les dames, le titre de cette saison est revenu à Bahia Mouhtassine, sociétaire du Club royal de Marrakech, qui n’a fait qu’une bouchée de Habiba Ifrakh, du Wifaq de Rabat, 6-4 et 6-1. Une finale qualifiée d’identique par rapport à celle de la saison dernière. Mouhtassine s’est qualifiée aux dépens de Meryem Haddad du club RIAD, alors qu’Ifrakh s’est hissée à ce stade de la compétition en écartant de son chemin la jeune Saber Nezha, sociétaire du RUC.
Ce qu’il faut retenir aussi de ce championnat, c’est l’absence des responsables de la Fédération royale marocaine de tennis, alors qu’ils devaient être les premiers à suivre ces rencontres qualificatives au dernier carré. Il a fallu attendre le jour de la finale pour que tout le monde soit là, ou presque, devant les projecteurs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *