L’AC Milan et le Real Madrid se neutralisent

L’AC Milan et le Real Madrid se neutralisent

L’AC Milan et le Real Madrid ont fait match nul (1-1) mardi à San Siro lors de la 4e journée de la Ligue des Champions, un résultat qui leur permet de conserver la tête du groupe C avant d’affronter Marseille, la seule équipe en mesure de mettre en péril leur qualification.
Avec sept points chacun, les deux leaders voient en effet revenir Marseille (3e, 6 pts) après sa victoire fleuve sur le FC Zurich (6-1), une formation qui, a contrario, n’a désormais plus aucun espoir d’accéder aux huitièmes de finale.
C’est dire si la rencontre entre Milan et Marseille dans deux semaines à San Siro promet car les Français, battus à l’aller par les Milanais au Vélodrome (1-2), y joueront le tout pour le tout avant une dernière journée où ils recevront le Real. Deux semaines après le spectaculaire succès de l’AC Milan à Santiago-Bernabeu (2-3), la rencontre n’a pas atteint les mêmes sommets. Après une belle première période, les deux équipes ont baissé le pied au cours de la deuxième. La première demie-heure était dominée par le Real, plus saignant et maître du ballon. Et logiquement, il ouvrait le score grâce à Benzema, jusqu’alors le plus en vue des attaquants, avec un tir détourné par le gardien Dida (6) puis une frappe frôlant le poteau droit (20). A la suite d’un tir de Kaka dans l’axe, Dida se contentait de repousser le ballon et le Français, à l’affût côté droit de la surface, le récupérait pour marquer d’une frappe croisée dans un angle fermé (29, 0-1).
Le Real n’allait cependant pas conserver longtemps cet avantage. La réaction du Milan, qui opérait jusqu’alors en contre, était quasi immédiate: à la suite d’un centre du latéral Zambrotta, l’arbitre accordait un penalty aux Milanais, jugeant que Pepe avait mis la main pour détourner la balle. Ronaldinho se chargeait ensuite de transformer le penalty en force (35, 1-1).
Une minute plus tard, Pato, qui s’était déjà créé une belle occasion (tir capté par Casillas, 24), croyait même doubler la mise, mais son but était annulé pour une faute de main de sa part (36). En seconde période, les occasions devenaient beaucoup plus rares, le Real marquant un peu plus le coup physiquement. Plus frais, les Milanais ne parvenaient cependant pas à en profiter. En fin de match, les entrées successives des deux meilleurs buteurs de l’histoire des Coupes d’Europe, Inzaghi et Raul (68 buts chacun), provoquaient quelques frissons, sans pour autant parvenir à faire évoluer le score.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *