L’affaire Barthez sera-t-elle enterrée ?

L’affaire Barthez sera-t-elle enterrée ?

S’estimant incompétente pour juger le comportement de Fabien Barthez, accusé d’avoir insulté l’arbitre Abdellah El Achiri puis de lui avoir craché dessus lors d’un match amical entre l’OM et le Wydad, samedi 12 février, à Casablanca, la Fédération royale marocaine de football a renvoyé la balle à la Fédération française de football. Dossier embarrassant, le premier de l’ère Jean-Pierre Escalettes, fraîchement désigné à la tête de la 3F en remplaçant de Claude Simonet, en place depuis février 1994.
Selon le journal «Le Monde», dans son édition de mercredi, l’affaire, qui sera transmise à la commission de discipline de la FFF, sera traitée selon une procédure normale. Autrement dit, elle ne sera pas enterrée. «Sans aucune volonté de passe-droit ni d’enterrement du dossier», a fait savoir la FFF. Plus de deux semaines après l’incident, l’affaire traîne encore et risque de prendre beaucoup de temps.
« Le dossier va d’abord faire l’objet d’un rapport de la part d’un instructeur, a indiqué la FFF. Ensuite, si Fabien Barthez devait être convoqué devant la commission, il aura 15 jours pour répondre à la convocation. Enfin, après audition du joueur, la décision rendue sera susceptible d’appel devant la commission supérieure d’appel. », lit-on dans les colonnes du journal «Le Monde». La façon avec laquelle la FRMF a traité le dossier a soulevé un tollé auprès des milieux sportifs marocains. « Ils se cachent la figure et aucun ne veut prendre une responsabilité pour ne pas gêner les rapports franco-marocains. Or les rapports sont une chose et les insultes et le crachat d’un joueur étranger sur un arbitre marocain sont une autre chose… C’est une honte, un arbitre a été humilié et, ici, on veut apaiser », a déclaré un responsable du football marocain à l’AFP, sous couvert d’anonymat.
Après avoir longtemps hésité, la FRMF a fini par trancher en infligeant deux matchs au maître à jouer du WAC, Ait Laârif, pour avoir assigné un coup de poing au défenseur marseillais Meité. Décision qui a provoqué la colère des dirigeants du WAC. Se sentant visés, les responsables du club, pas à court d’arguments, ont monté au créneau pour dénoncer la décision prise par la fédération. Car, selon le site Internet du club, « la commission de discipline s’est basée non sur le rapport de l’arbitre, qui ne fait pas état de l’incident impliquant Aït Laârif, mais sur les images de la rencontre comme l’y autoriserait une circulaire de la FIFA». Décision qui laisse poser, aussi, beaucoup de questions. «La FRMF était-elle en droit d’interdire au WAC d’aligner son joueur alors que la décision est contestée et qu’un appel est interjeté ?. La FRMF était-elle en droit d’interdire au WAC d’aligner son joueur alors que les autres protagonistes de l’affaire, à savoir les joueurs de l’OM, n’ont pas encore été sanctionnés par la FFF et disputent normalement leurs rencontres ? Le WAC aurait-il dû passer outre cette décision et aligner Aït Laarif à Marrakech quitte à mettre la FRMF dos au mur ?, s’interroge-t-on sur le site des Rouge et Blanc. À rappeler que c’est la deuxième fois qu’Aït Laarif fait parler de lui.
Lors du match retour du derby classique de la saison 2000 -2001, le WAC, après avoir étrillé le Raja sur le score de 3 à 0, s’est vu retiré quatre points pour avoir aligné Abdelhak Aït Laârif, joueur à double licence, alors qu’il n’avait disputé que cinq minutes. Pis encore, la fédération avait décidé de suspendre ledit joueur pour une durée de 2 mois. À l’époque, l’affaire avait fait couler beaucoup d’encre.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *