L’AFLD n’est plus intéressée à travailler avec l’UCI

L’AFLD a annoncé mercredi qu’elle ne souhaitait pas travailler avec l’Union cycliste internationale (UCI) sur les contrôles du Tour de France 2010, après les dysfonctionnements qu’elle dit avoir observés lors de la dernière édition.
«Ce qui surprend est que l’UCI n’organise pas les contrôles d’une façon régulière, ce qui peut permettre des choses», a déclaré le président de l’AFLD, Pierre Bordry, lors d’une conférence de presse, se disant «étonné» de l’absence de contrôles positifs cette année. L’AFLD, qui avait obtenu de l’UCI d’être associée aux contrôles sur la Grande Boucle, a accusé dans un rapport la fédération internationale d’avoir réservé un traitement de faveur à Astana, l’équipe du vainqueur Alberto Contador et de Lance Armstrong, des «accusations infondées» selon l’UCI. «Moi je ne suis pas demandeur de faire les contrôles avec l’UCI» en 2010, a avancé M. Bordry. «Il faut que les fédérations internationales sachent que dans la lutte antidopage, il faut être rigoureux et transparent, sinon on a des doutes», a insisté M. Bordry.
Parmi les dysfonctionnements observés par l’AFLD figurent l’absence parfois de chaîne du froid pour la conservation des échantillons sanguins, un manque d’accès à l’information sur les localisations de certains coureurs, et surtout des délais allant jusqu’à une heure entre la désignation du coureur et le prélèvement.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *