L’Algérie joue à douze

Les supporteurs algériens espèrent maintenant que les fennecs vont assurer leur qualification pour les quarts de finale contre le Zimbabwe, aujourd’hui, lors de la 3e et dernière journée de la poule.
«One, two, three, viva Algérie !» Le slogan résonne depuis plus d’une semaine dans les rues de Sousse, où l’Algérie dispute les trois matches du premier tour. Venus des zones frontalières, notamment des villes de Constantine ou d’Annaba, les fanatiques des «vert et blanc» ont pris possession de la cité.
Combien sont-ils exactement ? Sans doute près de 10.000, agitant avec fierté le drapeau national et circulant, à pied ou à vive allure à bord de voitures dans un concert de klaxons, avant et après chaque match de leur équipe. Leur point de ralliement est le Stade olympique, où l’Algérie a déjà accroché le Cameroun (1-1) et fait plier l’Egypte (2-1). L’ambiance y a été à chaque fois chauffée à blanc, à force de pétards et fumigènes pour une messe païenne composée de chants profanes. « Quand on a vu tous ces drapeaux algériens, cela a été une grosse source de motivation », racontait Nacerdine Kraouche, au lendemain de la victoire historique contre les Pharaons, acquise à dix contre onze.
Rachid Cheradi, l’entraîneur adjoint des « Fennecs », abonde : « On a senti lors de nos matches contre le Cameroun et l’Egypte que nos supporteurs étaient vraiment proches de nous. »
La Confédération africaine a moins apprécié les débordements ayant marqué le match contre l’Egypte, infligeant une amende de 5000 dollars à la Fédération algérienne pour des jets de projectiles sur la pelouse et la tribune officielle.
Le sélectionneur algérien Rabah Saadane déplore lui-même que les moments de repos à l’hôtel soient parfois perturbés par des supporteurs bruyants qui rôdent autour de l’hôtel de la sélection, situé à une dizaine de kilomètres de Sousse.
Certains journalistes algériens ne cachent pas non plus que ces supporteurs, qui font depuis le début de la CAN la force du onze algérien, peuvent aussi, en cas de mauvais résultats, être son premier adversaire.
En attendant, l’Algérie va encore s’appuyer sur son « douzième homme » ce mardi, contre des Zimbabwéens qui, pendant 90 minutes, vont se demander si Sousse ne se trouve pas en Algérie.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *