L’Allemagne compte sur Ballack , moins sur sa défense

L’Allemagne compte sur Ballack , moins sur sa défense

A une semaine de leur entrée en lice, le 8 juin face aux Polonais à Klagenfurt (Autriche), les Allemands ont encore du travail pour justifier leur statut de favoris. Une défense en manque de repères et de patron. Pris de vitesse par Jankovic sur le but serbe samedi soir à Gelsenkirchen (victoire 2-1), Christoph Metzelder a aussitôt plaidé coupable, mais le défenseur central du Real Madrid assure qu’il sera prêt pour affronter la Pologne. Absent pendant cinq mois à cause d’une blessure au pied gauche, «Metze» n’a disputé que 165 minutes en Championnat d’Espagne en 2008, ce qui explique ses déficits physiques et ses erreurs de placement contre le Belarus (2-2) mardi. Metzelder avait abordé le Mondial 2006 dans des circonstances similaires et avait été l’un des piliers de la Nationalmannschaft. Joachim L w a confiance: «Christoph jouera contre la Pologne, il est sur la pente ascendante». Ce discours vaut également pour Jens Lehmann, qui a encaissé trois buts en 180 minutes alors qu’il était resté invaincu pendant 681 minutes. Comme Metzelder, il n’a pas beaucoup joué cette saison à Arsenal mais dispose toujours d’un énorme crédit parmi ses coéquipiers et l’encadrement. Un manque de fraîcheur physique. Le stage à Palma de Majorque et les séances d’endurance des préparateurs américains ont laissé des traces, comme l’ont montré face à la Serbie les «poumons» Per Mertesacker et Torsten Frings, loin de leur rendement habituel. «En douze jours, on a fait vingt séances d’entraînement physique, on a poussé les joueurs à leurs limites, mais c’était voulu», tente de rassurer le sélectionneur. Lorsqu’ils auront pris leurs quartiers mardi sur les bords du lac Majeur, en Suisse, les Allemands entameront la deuxième phase de leur préparation. «On va se concentrer sur l’aspect tactique et faire les dernières réglages, ce qui est important pour la défense», souligne L w, confiant.Ballack is back. Pendant 90 minutes, Ballack a montré l’exemple, s’est dépensé sans compter et a finalement offert sur coup-franc, avec son 36e but en sélection, une victoire inespérée. «Il a pris encore plus d’envergure à Chelsea, il est en super forme physique», insiste L w. Le maître à jouer allemand est en «pleine bourre» et profite des huit mois passés loin des terrains après ses deux opérations de la cheville gauche. Il semble prêt à offrir à l’Allemagne son quatrième sacre européen et tordre le cou à sa réputation d’éternel second. Un secteur offensif dense. Mario Gomez est l’autre satisfaction du match contre la Serbie. L’attaquant de Stuttgart a sans doute assuré sa place de titulaire aux côtés de Miroslav Klose. Lukas Podolski a confirmé qu’il était une option intéressante dans le rôle de milieu offensif et Oliver Neville a tenu son rôle de joker, avec le but de l’égalisation. Le grand perdant est Kevin Kuranyi, transparent pendant 70 minutes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *