L’an 1 de la nouvelle formule

Le tenant du titre, l’Italien Valentino Rossi (Honda RCV), déjà sacré en 125 CC (1997), 250 CC (1999) et 500 CC (2001), fait figure d’épouvantail sur sa nouvelle machine, équipée d’un moteur cinq cylindres quatre temps, qu’il étrennera dimanche à Suzuka (Japon), lieu du premier des 16 grands prix de la saison. Une nouvelle machine dont disposera également son coéquipier, le Japonais Tohru Ukawa.
Ces deux bolides, qui affichent des vitesses de pointe supérieures d’environ 20 km/h aux 500 CC, apparaissent comme imbattables.
Yamaha fait également monter en puissance les m1 quatre cylindres quatre temps confiées à l’Italien Max Biaggi et à l’Espagnol Carlos Checa, qui semblent toutefois encore moins performantes que les Honda, tout comme les Suzuki xreo de l’Américain Kenny Roberts, champion du monde 2000 en 500 CC, et de l’Espagnol Sete Gibernau.
Les deux temps ne seront cependant pas irrémédiablement exclus des podiums, du moins en début de saison. Honda semble avoir misé sur les deux tableaux en améliorant encore sa NSR (2 temps), qu’on dit plus pointue que celle qui a mené Rossi à la victoire en 2001. Ses pilotes les plus en vue seront le Japonais Daijiro Katoh, champion du monde 2001 des 250 CC, et les vieux briscards de l’écurie Pons, le Brésilien Alex Barros et l’Italien Loris Capirossi. La catégorie des 250 CC s’ouvre aux audacieux, après le départ de Katoh et de Tetsuya Harada, montés en Motogp. Les Italiens Marco Melandri (Aprilia) et Roberto Rolfo (Honda) y tiennent rang de favoris. En 125 CC, le Saint-Marinais Manuel Poggiali (Gilera) remet son titre en jeu. Il devra se méfier de vieux renards, tels le Japonais Yoichii Ui (Derbi) et le Français Arnaud Vincent, qui a retrouvé chez Aprilia une écurie compétitive.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *