L’Angleterre fête Noël sur les terrains de football

Ainsi, Luiz Felipe Scolari, l’entraîneur brésilien de Chelsea, n’aura pas l’heure de fêter Noël en famille, au grand dam de son épouse. Alors que les autres championnats européens font relâche, celui d’Angleterre se poursuit, comme le veut la tradition. De fait, deux journées sont programmées, dans un intervalle de temps très court: la 19e vendredi 26 décembre, jour du Boxing Day, et la 20e dimanche 28, lundi 29 et mardi 30 décembre. «Avant, je n’avais jamais joué à Noël. Je n’y avais même jamais pensé. C’est la première fois et je sais que ça va être très bizarre», avait confié, dans un sourire, le manageur des Blues la semaine dernière. «Il faut que ce soit un jour normal, mais jouer les 26 et 28 est difficile pour moi. En Amérique du sud, si vous leur dites de jouer le 26 ou le 28, ils vous tuent. Mais ici, les femmes disent à leur mari: « va au foot, je veux être seule », avait-il expliqué. Pour Scolari, comme pour l’entraîneur d’Arsenal, Arsène Wenger, lors de son arrivée, cette «exception anglaise» est difficile à assimiler. Très prisé Outre-Manche, le Boxing Day est un jour où les Anglais ne travaillent pas et vont donc volontiers au stade en famille pour soutenir leur équipe. Cette tradition du Boxing Day remonte à plus d’un siècle. Le 26 décembre était le seul jour de repos des domestiques de la fin du 19e et du début du 20e siècle en Angleterre. Ceux-ci collectaient leurs étrennes dans de petites boîtes d’où est tiré le nom Boxing Day.


• Clément Cazeau (AFP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *