L’argent du Rugby

L’argent du Rugby

Le rugby est décidément une affaire fructueuse. Les Anglais, sacrés champions du monde le mois dernier en Australie, en savent quelque chose. La fédération anglaise de rugby (RFU) a annoncé mardi une hausse record de 21 % de son chiffre d’affaires pour atteindre 71,8 millions de livres sterling, soit l’équivalent d’un milliard 148 millions de dirhams. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Le bénéfice d’exploitation de l’instance fédérale a progressé de 49 % pour atteindre 18,4 millions de livres sterling (environ 294 millions de dirhams) alors que le bénéfice tiré de la billetterie a enregistré une forte hausse de 51 % pour atteindre 16,5 millions (environ 264 millions de dirhams). Cette hausse des bénéfices fait le bonheur des dirigeants anglais dont la fédération rencontrait jusque-là plusieurs difficultés financières. Les dettes actuelles de la RFU s’élèvent à 19 millions de livres sterling (environ 304 millions de dirhams). Des dettes devraient être réglées ainsi que les prêts contractés pour financer les travaux effectués au stade national de Twickenham, à l’ouest de Londres. Pour Francis Baron, directeur général de la RFU, cette « situation financière saine constitue une base à partir de laquelle nous allons pouvoir totalement exploiter les opportunités commerciales qui vont se présenter dans les prochains mois et dans les prochaines années». Le rugby est certes un sport très populaire en Angleterre, mais cette hausse de bénéfice est à imputer à l’excellente saison de la sélection nationale, vainqueur du Grand Chelem et de la Coupe du monde qui s’est tenue tout au long du mois de novembre dernier en Australie. Un exploit qui fait depuis le 22 novembre, jour de la fine mondiale, le bonheur des supporters anglais. Lundi, ils étaient 750.000 à acclamer leurs héros au cours d’une parade triomphale dans les rues du centre de Londres noyées sous un flot de drapeaux anglais, blancs à croix de Saint George. Omniprésent, Jonny Wilkinson, véritable héros pour avoir offert la victoire à son équipe par un drop in extremis, a confié qu’il vivait l’un des «meilleurs moments de sa vie». «Quand on voit un tel soutien, on comprend ce que veut dire représenter sa nation dans le sport», a-t-il ajouté. Après la parade, le XV d’Angleterre a été reçu au palais de Buckingham. Les 31 membres de l’équipe et l’entraîneur Clive Woodward ont posé avec la reine Elizabeth II pour une photo. Après le thé avec la famille royale, les festivités se sont terminées au 10 Downing Street où les champions du monde ont pris le champagne avec le Premier ministre Tony Blair. Plusieurs ministres et personnalités étaient présents ainsi que le chef de l’opposition conservatrice Michael Howard, finalement invité après avoir accusé le gouvernement travailliste d’avoir voulu récupérer politiquement l’événement.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *