L’ASS seule en tête

L’ASS seule en tête

La salle du complexe sportif Sidi Mohamed a abrité, le week-end dernier, le match choc de cette quatorzième journée entre le TSC et l’IRT. Dès l’entame, l’équipe du détroit a pris d’assaut le panier des locaux (+1, 9-22).
Le premier quart-temps n’a fait que révéler l’intention des coéquipiers de Mohamed Kajjaj. Au cours du second quart-temps, les cinq majeurs de l’IRT, Mohammed Kajjaj, Zorane (le Serbe), Skalli, Papi et Bahid, ont soutenu la même cadence qui a, en quelque sorte, gêné les locaux, malgré l’omniprésence de Zakaria Mesbahi, le tireur d’élite Tihadi. Les hommes du coach Khalid Rouass ont clôturé la première manche avec le même écart enregistré à la fin du premier quart-temps (24-38). Après la pause, les visiteurs ont eu une baisse de régime, ce qui a donné l’opportunité au TSC de grignoter sept points des quatorze au terme du troisième set (49-56).
Lors du dernier quart-temps et au moment où tous les spectateurs présents dans la salle ont cru à une victoire certaine de l’IRT, c’est tout à fait le contraire qui s’est produit. Après un temps mort, demandé par Khalid Rouass et au cours duquel ce dernier a remplacé Mohamed Kajjaj, les Tihadis sont parvenus à égaliser pour la première fois (70-70) puis à creuser l’écart (75-70). Avec un sursaut d’orgueil, les visiteurs ont pu obtenir un nul (76-76) à 9 secondes de la fin de la partie, mais la maîtrise du ballon des Tihadis, plus particulièrement par Mesbahi (27 pts), a pu enterrer tout espoir de l’IRT qui s’est incliné sur le score de 78-76. Le match explosif, qui devait se dérouler samedi dans la salle du Complexe Sidi Mohamed entre le RCA et l’ASS, a été reporté à dimanche à cause de la transmission par 2M de la CAN 2005. Cette rencontre a drainé un très large public, jamais observé auparavant.
L’absence de Hicham Amrallah et Kamal Lichtaf a intrigué chez les fans des Verts. Malgré ce handicap, les Verts ont débuté le match en fanfare pour achever le premier quart-temps à leur actif (+3,11-8).
Au deuxième set, les Rajaouis ont persévéré dans leur lancée, sous la direction d’un Mustapha Khalfi à son top niveau. Celui-ci a quitté provisoirement le terrain après avoir reçu un coup sur l’arcade sourcilière gauche nécessitant deux points de suture. Les hommes de Mustapha Tazaroualt ont regagné les vestiaires sur la marque de points (28-22). De retour des vestiaires, la réintégration de Khalfi a donné du sang neuf aux Verts puisque ces derniers ont gardé leur même rythme basé sur les contre-attaques rapides de Hanouni (hauteur de 28 pts) et Khalfi pour achever le troisième quart-temps (43-36). Lors du dernier quart-temps, l’ASS a surclassé le Raja pour la première fois (55-56) grâce notamment aux tirs meurtriers de Mustapha Didouch (32pts). Dans les dernières secondes, perturbé par l’aplomb des visiteurs, le RCA a cédé sur la marque de 57-64.
Malgré la rage de vaincre du KAC, le FUS n’a rien laissé au hasard pour glaner les trois points de la victoire dans la salle Ibn Yacine 64-48. À Berkane, le WAC a enregistré une cuisante défaite pour dégringoler à la seconde position cédant le fauteuil de leader à l’ASS. Score 84/67. Selon certains observateurs, le WAC a cédé à cause de la pression soutenue du public, de l’arbitrage et de l’insécurité au sein de la salle. Une ambiance qui rappelle l’équipe de Berkane des années 70. Dans la salle du 11 janvier, le MAS s’est mesuré à l’ASE dans un match à suspense très hermétique, au terme duquel les hommes de Hassane Ben Lhaddouj l’ont échappé belle. Le score de 56-54 en dit long sur ce duel sans précédent entre deux grandes formations du basket-ball national.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *