L’athlétisme : sport africain par excellence

L’athlétisme : sport africain par excellence

Aujourd’hui Le Maroc : Que représente l’organisation d’une rencontre athlétique Afrique-Europe ?
Hamad Kalkaba Malboum : Il n’y a pas que l’intérêt purement sportif qui a motivé la mise en place d’une rencontre d’athlétisme réunissant les meilleurs athlètes des deux continents, l’Europe et l’Afrique. L’organisation d’une telle manifestation a également une portée culturelle puisqu’elle vise de dresser un pont entre ces deux continents, très proches géographiquement. A travers cette rencontre athlétique, nous vison en outre à associer l’humanitaire au sport. Protéger les athlètes africains, surtout les plus jeunes d’entre eux qui disposent d’un énorme potentiel, arrive ainsi en tête de nos priorités. Leur offrir un espace de compétition d’une grande qualité, à l’image des grands meetings internationaux, est à même de leur permettre de rester sur leur terre africaine, de s’y produire, et d’y exceller. C’est enfin une excellente manière de sensibiliser les institutions qui sponsorisent ce sport à travers le monde. L’athlétisme africain regorge de potentialités qui n’ont besoin que des moyens pour s’épanouir.
Pourquoi avoir choisi la ville de Tanger pour abriter cette manifestation ?
Le choix de Tanger s’est imposé vue sa position géographique. Cette ville est en effet la plus proche terre africaine du continent européen. Près de 14 km séparent en effet les deux rives de la Méditerranée.
Ce qui illustre bien évidemment l’essence de la rencontre Europe-Afrique. Tanger est aussi une ville chargée d’histoire connait un brassage de différentes cultures.
Depuis votre élection à la tête de la CAA, vous avez élaboré un programme de développement de l’athlétisme africain. Quelles en sont les grandes lignes ?
L’athlétisme est le sport le plus naturel des Africains puisque nous avons appris dès notre jeune âge à marcher, à courir, à sauter et à lancer. La CAA, l’instance que je préside, vise à faire de cette discipline sportive le sport individuel le plus populaire dans le continent africain. Son programme s’articule autour de plusieurs points, dont la mise en place d’outils de gestion modernes, de programmes de formation de cadres techniques à la hauteur et de détection de jeunes athlètes.
Sur le plan des infrastructures, ce n’est un secret pour personne que de dire que plus d’une vingtaine de pays africains ne disposent pas d’une piste d’athlétisme répondant aux normes internationales et pouvant abriter une compétition de haut niveau. C’est pour cela que la CAA a élaboré tout un programme ambitieux dans ce sens. La Confédération a également beaucoup de chemin à parcourir en vue de vulgariser ce sport.
Vous savez, l’Afrique a remporté quatre fois successivement la Coupe du monde et lors des derniers Championnats du monde de Paris, les athlètes africains ont remporté 11 médailles d’or. Des résultats qui n’ont pas été médiatisés comme ils se doivent.
La CAA dispose-t-elle des moyens matériels et financiers pour réaliser cet ambitieux programme ?
Les moyens les plus importants dont nous disposons au sein de la CAA sont entre les mains des différentes fédérations affiliées. Certaines de ces dernières, à l’image de la Fédération royale marocaine, possèdent les moyens techniques, financiers et matériels. D’autres n’ont pas tout ce qui leur faut pour assurer le développement de l’athlétisme. Notre mission est de les y aider notamment en sensibilisant les pouvoirs publics et les sponsors.
Qu’en est-il du rôle réservé aux champions africains ?
Chacun des athlètes africains qui se sont illustrés sur la scène internationale sont des ambassadeurs de l’athlétisme africain. Dans chacune de mes réunions avec eux, ils n’hésitent pas à témoigner leur soutien au développement de ce sport dans leur pays.
Casablanca est candidate à l’organisation des Championnats du monde 2009. Comment évaluez-vous ses chances ?
La candidature de Casablanca n’est pas uniquement celle du Maroc mais de tout le continent africain. C’est pour cela que la CAA est totalement derrière cette initiative qui vise d’abord à montrer le véritable visage de l’athlétisme africain.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *