Laurent Blanc a redonné des couleurs aux Bleus

Laurent Blanc a redonné des couleurs aux Bleus

Héritier d’un groupe en perdition après la Coupe du monde, Laurent Blanc a redonné en trois mois âme et confiance à l’équipe de France, mais le chantier est loin d’être achevé. Par une victoire 2-0 contre le Luxembourg, les Bleus ont mis un terme mardi 12 octobre à Metz à leur campagne 2010 pour la qualification à la phase finale du championnat d’Europe des Nations, qui aura lieu dans deux ans en Ukraine et en Pologne. Ils ne retrouveront la compétition qu’à la fin du mois de mars, avec le match retour au Grand-Duché. Entre-temps, il leur sera proposé deux intermèdes amicaux à Wembley contre l’Angleterre dans un mois et au Stade de France contre le Brésil en février. Pour ces deux rencontres, qui permettront aux jeunes pousses françaises de s’étalonner face à deux nations cadres du football international, le sélectionneur ne disposera de son effectif que trois jours pour chaque rendez-vous, alors que les Bleus viennent d’en finir mercredi avec dix jours de vie commune. Trois victoires et deux défaites: le bilan du début de l’ère Blanc peut apparaître contrasté d’un niveau comptable, mais il recèle plus de promesses que de désillusions. Le revers initial en amical en Norvège au mois d’août (1-2) contenait déjà en son sein quelques éléments positifs: une envie de faire du jeu et une solidarité collective, tempérées par une naïveté due au manque d’expérience d’un groupe qui s’était volontairement privé des mutins d’Afrique du Sud. Le premier match de compétition, début septembre face à la Biélorussie à Saint-Denis, s’acheva sur une douche froide (0-1), mais sans entamer les convictions du nouveau sélectionneur, conscient à la fois des limites actuelles de son groupe, et de son potentiel.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *