L’autre révolte argentine

L’Argentine connaîtra bien le nom du vainqueur du Champio-nnat. Un nouveau drame a ainsi été évité samedi. La révolte des supporters de l’équipe, privées du titre depuis 35 ans, aurait pu avoir les pires conséquences. La décision des autorités intérimaires d’autoriser les deux matchs décisifs, a calmé les ardeurs. Les deux rencontres opposeront jeudi le Racing d’Avellaneda à Velez Sarsfield et River Plate à Rosario Central, Les troubles sociaux et les pillages qui ont fait 27 morts durant la semaine ont conduit les autorités et la fédération, appuyées par le syndicat des joueurs, à décider le renvoi de la dernière journée du tournoi d’ouverture au mois de février. Une mesure qui n’a pas manqué de déclencher la furie des «Racinguistas». L’équipe, dirigée par « Mostaza » (moutarde) Merlo, a fait, avec peu de moyens, un parcours pratiquement sans faute puisqu’elle ne compte qu’une défaite, contre Boca juniors, en 18 matches. Le rêve que caressent les « hinchas » d’avellaneda, à la sortie sud de Buenos Aires, a donc failli ne pas se concrétiser. Tous les billets pour la rencontre que les Bleu ciel et blanc devaient disputer dimanche dernier à Liniers contre Velez Sarsfield, ont été vendus comme des petits pains. Pressées par les supporteurs en colère qui avaient manifesté dans la nuit de vendredi à samedi avec tambours et trompettes devant le siège du syndicat des joueurs, les autorités intérimaires ont finalement décidé de faire disputer les deux parties décisives. River Plate, qui entretient encore un faible espoir d’accrocher le titre, recevra, quant à lui, Rosario Central au stade «Monumental» de Buenos Aires, le fief des «millionnaires». Tous les autres matches ont été reportés à février à l’exception de ceux décidant des titres dans les divisions inférieures. En cas de victoire, les «hinayanas» du Racing seront autorisées à fêter le championnat mais seulement à Avellaneda où elles seront surveillées de près par les forces de l’ordre, a laissé entendre Miguel Angel Toma. En cas de défaite du Racing et de victoire des joueurs de Ramon Diaz, il faudra alors disputer un match d’appui pour désigner le champion. En dépit de la situation catastrophique d’un pays considéré en cessation de paiement, qui vient de chasser un Président de la république et un ministre de l’Economie, la passion pour le footballreste fidèle à sa réputation.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *