Le Barça en mauvaise posture

Le Barça en mauvaise posture

Deux défaites de suite, face à Valence en Liga puis celle, retentissante, contre Liverpool en C1 mercredi au Nou Camp (2-1), mettant quasiment un terme à l’avenir européen du Barça, ont validé le diagnostic d’une crise profonde, qui dépasse le cadre de l’affaire Eto’o. Gueule de bois, nez dans les chaussettes… Les mines défaites des joueurs après la débâcle face aux Reds valaient tous les discours.
Il n’y a plus vraiment de suspense: avec un tel résultat, le Barça, tenant du titre, ne pourra pas le défendre, sauf un miracle à Anfield Road dans quinze jours. Et les miracles, cette saison, Barcelone ne semble plus en mesure de les provoquer.
Cet échec symbolise une saison vaseuse pour un Barça malgré tout encore leader de la Liga. Car la première défaite des hommes de Rijkaard au Nou Camp depuis avril 2003 en C1, la première à domicile cette saison toutes compétitions confondues, n’est paradoxalement pas une si grande surprise que ça. Les signes avant-coureurs étaient là, au-delà de la déroute face à Valence (2-1), trois jours avant Liverpool. Les accidents se sont amoncelés bien trop dangereusement et systématiquement pour n’y voir qu’une mauvaise passe. Battus lors de la Supercoupe d’Europe face à Séville (3-0) en début de saison, puis en finale du Mondial des clubs par l’International Porto Alegre, le Barça a été rejoint par les Sévillans en tête de la Liga le week-end dernier et a des chances de quitter la Coupe du Roi face à Saragosse… Cela fait beaucoup. L’instabilité des Catalans, dont le jeu ne séduit plus que par intermittence, privés pendant de longues semaines de Messi et d’Eto’o, est patente cette saison. L’affaire Eto’o, ses déclarations incendiaires sur Rijkaard, égratignant au passage son partenaire Ronaldinho, n’a évidemment rien arrangé.
Le club catalan accumule les signes de névrose en interne. Dans le jeu, il engrange les signaux de détresse, incapable malgré ses stars de retrouver sa flamboyance de la saison dernière. Le constat est cinglant: le Barça, qui culminait sur le toit de l’Europe la saison dernière, rate tous ses grands rendez-vous.
C’est avant tout dans le jeu que la crise du Barça se révèle la plus profonde, au-delà de ses problèmes internes. Ce n’est pas un hasard si Johan Cruyff , l’ancien joueur et entraîneur blaugrana, a évoqué une "fin de cycle" après « l’affaire », sous-entendant la fin prochaine du duo Ronnie-Eto’o. Le Barça ne fait plus aussi peur qu’avant, n’arrive pas, comme cela a été le cas face aux Reds et contre Valence , à imposer son jeu durant 90 minutes.
L’absence du Camerounais est bien sûr plus préjudiciable que son coup de gueule, lui qui avait marqué à cette époque la saison dernière plus de 20 buts avec son club. Mais il serait illusoire de croire que son retour réglera tous les problèmes d’un coup. Que peut faire Barcelone pour se relever ? Dans cette situation, l’auto-critique est déjà un début de remède, ce que les joueurs ont bien compris, s’auto-flagellant à l’envi après la rencontre. Cependant, si la Ligue des champions n’est plus désormais qu’un doux rêve, tout n’est pas encore perdu pour les Catalans, qui restent encore placés pour remporter une nouvelle fois la Liga cette saison.

Pierre-Philippe Marcou
(AFP)

Le programme et les résultats des matches aller

Mardi :
Celtic Glasgow (SCO) – AC Milan (ITA)
0 – 0
PSV Eindhoven (NED) – Arsenal (ENG)
1 – 0
Lille (FRA) – Manchester United (ENG)
0 – 1
Real Madrid (ESP) – Bayern Munich (GER) 3 – 2

Mercredi :

FC Porto (POR) – Chelsea (ENG)
1 – 1
AS Rome (ITA) – Lyon (FRA)
0 – 0
FC Barcelone (ESP) – Liverpool (ENG)
1 – 2
Inter Milan (ITA) – Valence (ESP)
2 – 2

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *