Le Bayern à l’assaut du Real

Relégué à sept points du leader de la Bundesliga, le Werder Brême, à treize journées de la fin, le club bavarois a déjà -officiellement- fait son deuil d’un 19e titre national. Désormais, le Bayern, vainqueur de la compétition continentale en 2001, mise tout sur la Ligue des champions. Contrairement au Real, éclatant vainqueur sur le terrain de l’Espanyol Barcelone (4-2) samedi, le club munichois n’a dû son succès face à Hambourg (1-0) que grâce à un but de raccroc de l’Argentin Martin Demichelis en toute fin de match, qui n’a pas rassuré les dirigeants. « Cela n’était pas le FC Bayern que l’on connaît », a grommelé le vice-président du club Karl-Heinz Rummenigge, ajoutant: « Nous sommes les gagnants de cette journée (en revenant à sept longueurs du Werder), mais la performance n’était pas celle dont nous avions besoin ». Contre le Real, « nous devons absolument hausser notre niveau de jeu », a renchéri l’entraîneur bavarois Ottmar Hitzfeld.
Pas au mieux dans sa tête, le Bayern n’est guère mieux loti physiquement. Le gardien Oliver Kahn et le meneur de jeu Michael Ballack sont incertains. Si Kahn, qui souffre de problèmes de dos, devrait être sur le terrain, il faudra attendre mardi pour connaître la décision concernant Ballack, qui traîne une bronchite et a repris l’entraînement seulement dimanche. « Le Real est une super-équipe, c’est bon pour nous, affirme le défenseur latéral français Bixente Lizarazu. Nous devons nous défoncer à 120 % et tout sera alors possible.
 » Le Real Madrid, quant à lui, est en pleine euphorie. Il caracole en tête de son championnat et, pour ce 15e match entre les deux équipes en C1, se rappelle qu’il a été sacré en 2002 en ayant éliminé le Bayern en quarts. Malgré l’absence de David Beckham – suspendu, il avait pris son week-end – et la rentrée en seconde période de Luis Figo, le club madrilène l’a emporté samedi grâce à ses valeurs sûres, le Brésilien Roberto Carlos, son compatriote Ronaldo, l’Espagnol Raul et le Français Zinédine Zidane. « Le Real n’a peur de personne, a affirmé Zidane. Contre le Bayern, nous sommes toujours sur-motivés. Je ne me fais aucun souci. »

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *