Le défi des gazelles

Qui a dit que le sport mécanique était l’apanage du sexe dit « fort » ? À ceux qui auraient osé le penser, les gazelles du Rallye Aïcha sont là pour remettre les pendules à l’heure, au cas où… Et sans avoir de gros bras tout velus, ces gracieuses dames retroussent leurs manches et partent à l’aventure. Elles vont suer, souffrir, endurer, supporter, s’entre-déchirer, subir les caprices météorologiques et moult complications, mais, Dieu sait combien elles vont adorer.
Créé en 1990, le désormais mythique rallye est de retour pour une édition de plus, 14e du nom. Le coup d’envoi est programmé au 22 avril prochain et le défi s’étalera huit jours durant, l’ultime passage sous le drapeau à damier étant prévu le 29 du même mois. Départ à Erfoud, arrivée à M’hamid.
Plus de deux mois nous séparent de cet événement mécanique au féminin et, déjà, l’on bouscule au portillon pour figurer parmi les heureuses participantes. En effet, pas moins de vingt-trois équipages canadiens et près d’une quarantaine de teams français sont en lice et ont d’ores et déjà réservé leur place sur la ligne de départ. Côté marocain, nos gazelles nationales sont à cinq équipages et ne manqueront pas de faire valoir leur talent.
Il faut toutefois préciser que la Rallye Aïcha des Gazelles est l’unique rallye féminin dédié aux amateurs… ou amatrices pour ne pas vexer ces dames. Ça n’a rien d’une course où il faut presser le champignon comme un forcené, avec la nécessité d’exploser les pistons. Non ! rien de tout cela. La course est en fait une épreuve d’endurance où le sens de l’orientation et la finesse du pilotage sont les maîtres mots. Il s’agit pour ces dames de rallier des points de passage obligatoires en effectuant le moins de kilométrage possible. Munies d’une carte et d’une boussole seulement, les concurrentes devront trouver leur chemin avec ces instruments basiques de navigation. Au total, elles auront à parcourir 2500 bornes, serpentant à travers des pistes tantôt caillouteuses, tantôt sablonneuses, tantôt les deux.
Cinq étapes sont au menu de la course. La première se déroulera en boucle autour de Erfoud. Sans difficulté apparente, celle-ci fera office de présentations. Ce prélude épuisé, la seconde étape entraînera les équipages sur des dunes de toute beauté. La troisième étape reliera Nejjak à Ihandar et aura le mérite de générer un acclimatement forcé des gazelles avec le désert. En guise de cerise sur le gâteau, ces dames pourront coucher à la belle étoile.
Une fois à Ihandar, retour à la course en boucle et à la rocailleuse de service. Les gazelles hisseront par la suite les voiles vers M’hamid où les attend une étape marathon en boucle.
Par ailleurs, point de vue sécurité et assistance, il n’y a apparemment aucun souci à se faire. En effet, Aurore Chaffangeon, porte-parole des organisateurs, a mis l’accent sur l’aspect sécuritaire du rallye.
«Nous bénéficions, entre autres dispositifs, de l’assistance des hélicoptères de la Gendarmerie Royale et il ne faut surtout pas oublier que chaque véhicule est équipé de deux balises, qui nous permettent de le pister et donc de garder un oeil éveillé sur l’équipage. En cas de difficulté, l’assistance requise, qu’elle soit médicale ou mécanique, est aussitôt acheminée vers le véhicule en détresse, dans les minutes qui suivent», a-t-elle souligné.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *