Le départ sera donné de Buenos Aires le 3 janvier

Le départ sera donné de Buenos Aires le 3 janvier

Les organisateurs du Dakar, dont l’édition 2009 aura lieu pour la première fois en Argentine et au Chili, ont indiqué que le rallye-raid pourrait prolonger son bail en Amérique latine en fonction du succès rencontré sur place et de l’évolution de la situation en Afrique.
Le changement de continent avait été annoncé en février dernier, un mois après l’annulation de l’édition 2008, en raison de menaces pesant sur le passage de la caravane en Mauritanie. «Si les concurrents sont contents, cela peut être un élément déterminant pour rester une édition de plus», a déclaré le directeur de l’épreuve, Etienne Lavigne, en marge d’une conférence de presse détaillant le parcours de l’épreuve, qui partira de Buenos Aires le 2 janvier et s’y achèvera le 18, dévoilé le mois dernier au Chili. «Il faut que les pays traversés soient contents eux aussi, Pour l’instant, ils le sont. On se verra après pour voir si on peut continuer sur place. On regarde la situation en Afrique dans les pays habitués au Dakar, mais ça reste compliqué», a-t-il ajouté.
 Il fait notamment référence à la situation en Mauritanie, passage obligé lors des dernières éditions. Le gouvernement a été renversé par un coup d’Etat en août et une attaque revendiquée au nom de la Branche d’Al-Qaïda au Maghreb islamique a fait 12 morts le mois suivant dans une zone régulièrement traversée par le rallye.
«Il y a une troisième et une quatrième option», a indiqué Frédéric Lequien, directeur adjoint de l’épreuve. «On a des contacts en Egypte, Tunisie et en Libye», a précisé Lavigne. Le directeur de l’épreuve «ne pense pas» en revanche que le rallye parte à la découverte d’un autre continent. Le principal handicap de l’Amérique latine est son coût, «notamment à cause du transfert maritime», souligne Lavigne à trois semaines des vérifications techniques et administratives au Havre (26 et 27 novembre), prélude au départ de 950 véhicules de course et d’assistance pour Buenos Aires.

• Par Gaël Favennec (AFP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *