Le derby de toutes les crises

93. Un chiffre qui sera à l’honneur lors de la douzième journée du championnat de première division du Groupement national de football. Les deux frères ennemis, le Raja et le Wydad disputeront, ce dimanche, au Complexe sportif Mohammed V le 93ème derby de leur histoire.
Une rencontre qui vient occulter, comme à l’habitude, les autres matches de la journée. Le premier derby de 2003 s’annonce sur fond de crise. Une crise du résultat des Vert et Blanc qui occupent la quatorzième place avec un total de 9 points. Une autre, financière cette fois-ci, que traverse le club rouge et blanc depuis qu’il a remporté la finale de la Coupe d’Afrique des clubs vainqueurs de coupes.
Et une autre plus grande, celle de la décadence de notre football national, avec les derniers mauvais résultats des sélections nationales, (olympique, juniors et cadets), en compétitions africaines. Et pourtant, cette rencontre promet encore une fois d’enflammer les gradins du Complexe Mohammed V, beaucoup plus que les dirigeants et joueurs des deux clubs. La ville de Casablanca vivra un week-end en arborant les deux couleurs rouge et verte. Et c’est loin de toute cette pression que les deux formations ont choisi de se préparer. Le Raja a quitté jeudi la capitale économique pour Settat alors que le Wydad se prépare à El Jadida.
Cette rencontre sera aussi le terrain de confrontation entre les deux entraîneurs, qui n’ont cessé de multiplier les sorties médiatiques ces derniers temps.
Walter Meeuws vit une situation peu enviable. Sur la sellette depuis la défaite du Raja en finale de la Ligue africaine des Champions au Caire face au Zamalek, le technicien belge est obligé de trouver la bonne formule pour remporter la victoire. Aucun autre résultat ne lui est permis s’il veut garder son poste d’entraîneur, malgré le soutien des membres du comité. La situation de son homologue wydadi n’est pas meilleure. Oscar Fullone ne fait pas l’unanimité au sein du club rouge. Malgré un bon parcours en championnat, il n’a cessé d’être la cible de critiques acerbes depuis les récents problèmes financiers que traverse le Wydad. Les bons résultats de l’entraîneur n’y ont rien changé. Les Rouge et Blanc occupent actuellement la deuxième place avec un total de 19 points. Ils sont virtuellement en tête en comptabilisant les points de la victoire de leur match en retard. Mais au-delà du simple résultat et des trois points, gagner ce derby représente une sorte de consécration mettant de côté la course au titre.
L’importance de ce derby est telle qu’il occulte les autres rencontres de la douzième journée. C’est pour cette raison que le Hassania d’Agadir, le leader, et le FUS, cinquième au classement, ont décidé d’un commun accord de jouer leur rencontre samedi au lieu de dimanche au Stade Al Inbiâth. Tout comme la partie devant opposer les FAR à la Renaissance de Settat, deux équipes au milieu du tableau à qui la victoire est plus que vitale. Le Chabab de Mohammédia, obligé de jouer à Rabat tous ses matches à domicile recevra le KAC de Kénitra. Le Chabab est resté sur une victoire lors de la précédente journée face à l’Ittihad de Tanger, lanterne rouge (1-2). Les Tangérois resteront au repos ce week-end puisque leur rencontre face au Moghreb de Fès a été reportée en raison de la participation des Fassis à la Coupe arabe des clubs à Jeddah en Arabie Saoudite. Le Kawkab de Marrakech qui regrette toujours les trois points qu’il a laissé filer face aux FAR alors qu’ils menaient 2-0, effectue un douloureux déplacement à Khouribga pour affronter l’Olympique local, un adversaire coriace devant son public. Dans les deux autres rencontres de la journée, l’Ittihad de khémisset affrontera la Jeunesse Sportive d’Al Massira à Laâyoune, alors que le CODM de Meknès recevra le Tihad de Casablanca.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *