Le dernier carré du play-off

Vendredi en nocturne dans la salle du WAC, le Raja s’est confronté au MAS devant quelques dizaines de spectateurs venus suivre la rencontre. La prévoyance de certains observateurs à propos de ce match le qualifiant d’une séance d’entraînement s’est largement vérifiée. D’autres ont préféré lui donner le nom de concours des trois points. En effet, le Raja n’a pas trouvé devant elle un adversaire de taille. Et pour cause, les massistes, se voyant déjà qualifiés, ont préféré faire jouer des juniors à la place de Bouhaba, Tahassi, Bakkas, Ghali et les deux étrangers Diop et Matar, appelés par leurs équipes nationales respectives. Défait par 77 à 41 à Fès (36 points d’écart), le Raja n’avait dans la tête qu’une seule idée : la revanche. D’ailleurs, le score enregistré par le Raja 99-52 (47 points d’écart), se passe de tout commentaire. Devant cette situation, les amis de Lichtaf ont fait du match une séance de démonstration. Les maîtres tireurs des Verts, Khalfi, Fenjaoui, Bouhlal, Arazane et consorts ont réussi un véritable festival de paniers à 6,25 m (à trois points).
Contrairement à ce qui s’est passé dans le groupe A, le groupe B a beaucoup souffert. Il a fallu attendre la dernière rencontre retour qui a mis aux prises le TSC et le FUS. Dans ce contexte, il y avait beaucoup de rumeurs qui circulaient au sujet d’un arrangement entre le FUS et le TSC pour balayer le WAC. Seulement, à voir comment s’était déroulée la rencontre, les rumeurs se sont avérées être  presque une réalité. Effectivement les deux équipes ne se sont pas trop usées dans une confrontation qui tenait beaucoup plus de la forme que d’autre chose. Les quarante minutes du match étaient toutes en faveur des locaux sur la marque respective de 25-15, 38-35 puis 63-54 et finalement 79-73, score final.   A rappeler que l’arbitrage du duo Drissi Fouad de la ligue du centre et Zouina Abdellah de la ligue de la Chaouia, deux référés internationaux, n’ont presque jamais été contestés au cours de ce match. Pourtant il y avait bien eu quelques erreurs. C’est un fait rare et nouveau par rapport à cette fin de saison. Cela a été très réconfortant pour la majorité des observateurs qui n’ont pas caché leurs souhaits que cet esprit domine et devient une coutume. Il y avait tellement eu de contestations et de réclamations contre l’arbitrage. A un certain moment, les arbitres sont même devenus la cible privilégiée des dirigeants à la tête chaude.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *