Le désarroi de Redouane Allali

Les jours passent et l’affaire Redouane Allali-WAC est toujours dans l’impasse. Au jour d’aujourd’hui, les deux parties n’ont pas encore trouvé un terrain d’entente et tout laisse à croire que ce bras de fer va durer encore longtemps. Car le problème a pris une autre dimension. Si au début, l’ex-enfant terrible des Rouge et Blanc ne demandait que ses papiers et ses arriérées de quatre années de service et prime de signature, aujourd’hui, le nouveau supporter du Raja de Casablanca compte aller plus loin dans cette affaire.
Contacté par ALM, Allali a déclaré qu’il entend entamer une autre procédure pour que, selon lui, justice soit rendue. « Je demande qu’une enquête soit ouverte sur mon cas. Cela fait un an que je n’ai pas remis les pieds sur les terrains sur la simple décision du président du WAC, avec tous les torts que cette suspension m’a causé. Je ne sais pas à ce qu’on veut de moi au juste».
Toujours selon ce dernier, une rencontre est prévue la semaine prochaine avec le ministre de la Jeunesse et des sports à Rabat. Avant, l’ex-joueur du WAC avait frappé à toutes les portes pour trouver une issue à son problème. En vain. Allali est allé même jusqu’à demander l’intervention d’un membre du comité du club et fervent supporter des Rouge et Blanc: le Wali de Casablanca, Driss Benhima. Mais, il semble que Nasserddine Doublali est intraitable là-dessus et ne veut rien changer ni à sa position vis-à-vis du joueur ni à sa décision de le maintenir hors-jeu. Jusqu’à quand ? Une chose est sûre.
Plus le temps passe et plus et le WAC et son joueur rebelle sont perdants dans cette affaire. Car même s’il y a des équipes, et elles sont nombreuses, à vouloir s’attacher les services d’Allali, leurs propositions demeurent peu alléchantes. Le joueur n’a plus la même cote qu’il y a deux ou trois ans. Le fait que le WAC persiste dans sa décision n’arrangera personne. Il faut dire que la sanction infligée au joueur pour indiscipline a été consommée aussi bien par celui-ci que par ses semblables. L’exemple a été donné. L’heure est maintenant venue pour mettre un terme à ce « châtiment » qui n’a que trop duré. Le prolonger davantage risque de faire naître d’autres conflits et créer d’autres ennemis.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *