Le DHJ bat le Mouloudia

Le DHJ bat le Mouloudia

Après avoir réalisé un éclatant succès à Kénitra dimanche dernier, le Mouloudia a de nouveau péché dans la contre- performance. Certes l’arbitrage de Mounir Mabrouk y est pour beaucoup. Ce dernier a compétemment faussé la partie en privant les locaux d’un but valable marqué à  la 23ème  par Cyrille Kouame et d’un penalty criard à la 61ème  suite à une faute sur Melhaoui. Cela a considérablement affecté l’efficacité requise pour prendre la partie en main. Ce n’est pas la seule cause du moment que le rendement de certains joueurs laisse à désirer. D’ailleurs, l’entraîneur Kerkache n’a pas été tendre avec certains nouveaux joueurs. «Ils ne sont pas parvenus à  apporter le plus qu’on attendait d’eux», a-t-il fait remarquer lors du point de presse habituel. Quant à François Bracci, le coach jdidi, il n’a pas tari d’éloges à l’égard de ses joueurs qui ont appliqué à la lettre ce qu’il leur a demandé. «Nos attaquants ont fait la différence en exploitant à bon escient deux opportunités alors que nos demis ont bien maîtrisé le milieu de terrain et la partie au niveau de l’entre jeu», a renchéri Bracci à une question d’ALM. Et de conclure que  le Difaâ mérite amplement sa victoire car il a fait le déplacement à ’Oujda pour confirmer ses prétentions de jouer les premiers rôles même s’il a été handicapé par l’absence de plusieurs titulaires. 
Sur le plan du jeu la partie a démarré tambour battant notamment de la part des locaux qui ont vite menacé le gardien Lama par des infiltrations sur le flan droit, mais ils allaient vite succomber sur une faute personnelle de leur stoppeur gauche. C’est sur  un engagement, des plus fantaisistes de Derfoufi  qui sert l’opportuniste  Moussa Soulaymane.
Ce dernier  arme bien son tir. Azhari, le gardien sauve sa cage dans un premier temps mais sa déviation fut exploitée par Latey qui ouvre le score alors qu’il était démarqué de tout contrôle: Ahurissante comme série de fautes défensives. Et puisque un bonheur ne vient jamais seul le même joueur allait exploiter un autre relâchement de la défense locale pour tuer la partie à la 82ème. Entre-temps, tous les assauts de Labhije, le meilleur joueur oujdi sur le terrain et l’abattage de Berabahe n’ont pas pu surprendre une défense qui était pourtant vulnérable.  Les trois changements opérés n’ont pu apporter la fraîcheur nécessaire pour inquiéter Lama et  sauver l’équipe d’une cuisante défaite à domicile. Cela risque de compromettre les prestations du MCO lors des  prochaines rencontres. Même tempo  rythmique au cours de la 2ème partie mais sans efficacité convoitée de la part des locaux qui ont opéré par jeu décousu tout en confondant précipitation et rapidité d’exécution. Leur attaque voguait aussi avec la cadence  des assauts personnels.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *