Le feuilleton sanglant du football italien

Des championnats amateurs à l’élite du Calcio, le football italien a suspendu toutes ses compétitions ce week-end après la mort d’un policier vendredi lors d’affrontements en marge du derby sicilien vendredi à Catane, dernier épisode d’une longue série de violences dans les stades.
Le championnat d’Italie pourrait être suspendu 15 jours et reprendre avec des matches à huis clos, selon les indiscrétions de la presse dimanche.
«Deux semaines de suspension et deux semaines à huis clos (…) c’est la solution pour le moment la plus probable», affirme le quotidien "La Gazzetta dello Sport" et d’autres journaux comme "Il Messaggero" ou "La Stampa".
Selon "Il Corriere della Sera", le titre à plus fort tirage de la Péninsule, "une autre mesure" à l’étude des instances sportives et du gouvernement concernerait «l’interdiction pour les clubs de supporteurs de se déplacer lors des matches à l’extérieur de leur équipe», voire l’organisation des rencontres à haut risque le matin.
Le choc très attendu entre l’Inter Milan, leader de la 1re division, et son dauphin l’AS Rome, qui devait clôturer la 22e journée du championnat, n’aura pas lieu dimanche soir.
La suspension touchera également la sélection nationale championne du monde, qui ne disputera pas sa rencontre amicale contre la Roumanie mercredi à Sienne. Dans tous les autres sports, le Comité national olympique italien (Coni) a imposé une minute de silence ce week-end au début de chaque compétition. Devant l’émotion suscitée par les images de guérilla urbaine et la mort d’un policier de 38 ans, tué par un pétard puissant aux abords du stade de Catane lors d’affrontements avec les supporters de l’équipe locale, le commissaire extraordinaire de la Fédération de football (FIGC) Luca Pancalli n’a pas fixé de date de reprise des championnats. De son côté, le Coni a annoncé le report des élections prévues à la mi-mars pour désigner un nouveau président à la FIGC, en prolongeant le mandat spécial de M. Pancalli jusqu’à nouvel ordre. Le bilan des violences fait état d’une centaine de blessés, dont 52 parmi les forces de l’ordre et de 19 arrestations parmi les tifosi de Catane, dont neuf mineurs, a indiqué une source policière.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *