Le football français vit au-dessus de ses moyens

Selon cet organisme dépendant de la ligue française de football, la dette des clubs est en effet de 290 millions d’euros, contre 170 millions d’euros la saison dernière, et les résultats de la D1 (bilan net comptable) sont très largement déficitaires, à hauteur de 53,51 millions d’euros. En fait, selon ce rapport détaillé de 31 pages, tous les clignotants sont au rouge. La balance entre les cessions et acquisitions (transferts) de joueurs est négative à hauteur de 115,75 millions d’euros. Il y a cinq ans à peine, elle était pourtant bénéficiaire de 31,5 millions d’euros. La situation dans ce secteur semble se stabiliser, car la balance était négative de 125 millions d’euros l’an dernier. Il en va de même pour l’évolution de la masse salariale brute que les présidents de clubs dénoncent régulièrement. Les salaires des joueurs représentent aujourd’hui 46 % des charges à hauteur de 300 millions d’euros, soit une augmentation de 22 % par rapport à la saison précédente. Il y a cinq ans, les rémunérations des joueurs ne représentaient que 132 millions d’euros.
Les dirigeants des principaux clubs français, qui revendiquent leur libéralisme, s’étonnent, en revanche, de la baisse des subventions des collectivités territoriales qui sont passées de 43 millions d’euros pour 20 clubs, il y a cinq ans, à 24,7 millions d’euros pour 17 clubs en 2001. Dans le même temps, les charges fiscales ont augmenté, passant de 24 millions d’euros en 1996-97 à 34 millions d’euros la saison dernière.
Le rapport de la DNCG, qui n’est pas destiné à attribuer des bons ou des mauvais points, se veut avant tout «une photographie des résultats de la collectivité des clubs à un moment donné». Les résultats des clubs sont présentés dans leur globalité, et non pas individuellement. « Il y a des bons et des mauvais élèves», avait cependant tenu à nuancer, vendredi, Gervais Martel, président de Lens (D1 française) et de l’union des clubs professionnels (UCPF), en commentant ces résultats.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *