Le FTS est né de la fusion FUS-TSC

Le FTS est né de la fusion FUS-TSC

C’est l’histoire de deux clubs. Le premier, Tihad Sportif Club (TSC), évoluant en championnat de première division du Groupement national de football (GNF I), a vu son principal sponsor (la Régie des tabacs) l’abandonner. Le second, Fath Union Sport (FUS), représentant la capitale du Royaume et disposant d’une importante manne financière, a été relégué en seconde division au terme d’une saison des plus catastrophiques. Ses joueurs, ses fans, ses cadres techniques l’ont abandonné. Il n’est plus que l’ombre de lui-même. La raison voulait que ces deux clubs se rencontrassent. C’est désormais chose faite. Il s’en est suivi un mariage qui a officiellement été célébré lundi dernier à Casablanca en présence des présidents et membres des bureaux des deux clubs. De ce mariage, a résulté un nouveau-né, du nom du Fath Tihad Sport (FTS), un club dont le siège est à Rabat et qui évoluera en première division la saison prochaine. Il en a également résulté la disparition de la section football du prestigieux club casablancais qui existait depuis 1936. L’assemblée générale du FTS, qui élira le nouveau bureau, est prévue jeudi prochain dans la capitale, a déclaré Larbi Loufir, secrétaire général du comité directeur du FUS et coordinateur de cette convention. Mais pour ce faire, cette dernière doit être ratifiée par les adhérents des deux clubs, une trentaine pour celui de la capitale et une cinquante pour son homologue casablancais. Le TSC n’a pas perdu de temps à ce propos. Une assemblée générale extraordinaire a eu lieu hier matin durant laquelle la convention-fusion a été adoptée à l’unanimité. Le FUS devrait pour sa part en faire autant ce mercredi. D’un point de vue purement technique, les joueurs du défunt TSC ont le libre choix de rejoindre la nouvelle équipe à Rabat ou de plier bagage en direction d’un autre club. Il en est de même pour les techniciens des différentes catégories. «C’est au nouveau comité de trancher», précise M. Loufir. «Cela fait presque une année que nous pensions à une fusion avec une autre équipe du championnat national, c’est-à-dire, depuis que le dossier de privatisation de la Régie des tabacs a été entamé» a affirmé Abdellatif El Amine, président de la section football du TSC. Plusieurs rumeurs circulaient quant à l’équipe qui sera choisie, notamment le TAS. Des contacts dont M. El Amine nient l’existence. «Le TSC n’avait à offrir que son classement en championnat du GNF I et ses joueurs, mais manquait d’argent. Il avait donc besoin d’un club disposant d’une confortable assise financière, chose que le TAS n’a pas». Il est à signaler que les autres sections du TSC (basket-ball, volley-ball et échecs) sont maintenues. Altadis, le groupe acquéreur de la Régie des tabacs ne leur a pas coupé les vivres.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *