Le FUS en crise

Le FUS de Rabat fut relégué à maintes reprises en GNF2. Et, après chaque déroute, des changements, qui n’ont jamais été assez mûris et planifiés, sont effectués. On se contentait, en effet, de changer les membres du comité dirigeant et les entraîneurs, sans vraiment changer la mentalité qui a généré la crise. Les grandes équipes sont passées par une telle phase critique et ont pu la dépasser grâce à un travail de longue haleine. À côté de nous, l’exemple de l’Union de Touargua est assez édifiant, quand on voit les résultats réalisés avec un budget incomparable à celui du FUS.  Les responsables de l’UTS ont fermé toutes les portes et cadenassé toutes les fenêtres pour effectuer une restructuration qui n’a pas coûté cher, mais qui a donné des résultats probants. Qu’importe le temps que cette opération a nécessité, l’essentiel est que l’UTS a aujourd’hui une équipe qui rivalise avec les grandes équipes du Maroc.  A ce propos, la meilleure façon de servir le FUS, dans cette phase délicate, est de dépassionner le débat et de réfléchir avant de prendre des décisions hâtives. Fixer les objectifs, c’est reconstituer une équipe à partir des catégories de jeunes du club. Mais, tout d’abord, il est impératif que l’actuel comité démissionne, idem pour l’entraîneur, qui n’a jamais pu réaliser le moindre résultat positif avec le club depuis trois ans…
C’est à partir de maintenant qu’il faut commencer à préparer une équipe pour l’année prochaine. L’objectif final étant que l’équipe soit compétitive, afin qu’elle puisse réaliser confortablement son retour au GNF1 . Ce vœu ne peut être concrétisé que par une vision plus réaliste d’un futur comité, dont les membres doivent faire preuve d’un savoir faire en la matière. Cet édifice ne peut être construit nécessairement sur des têtes qui tombent, mais sur de nouvelles têtes qui poussent.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *