Le FUS et L’ASS en pôles positions

En développant un basket discipliné et réaliste, l’outsider de ces demi-finales, l’ASS, a étouffé physiquement et tactiquement un MAS méconnaissable. Dès le coup d’envoi sifflé par le duo arbitral Chlif et Boujmi, les deux protagonistes ont pris d’assaut les paniers. Le jeu était très ouvert surtout que les défenses ont affiché une passivité manifeste.
Mais ce n’est que vers la huitième minute de ce premier quart-temps qu’un lancer franc fut sifflé par l’arbitre au profit du MAS.Le premier quart-temps fut terminé sur la marque de 14 à 15 en faveur des visiteurs. Au deuxième quart-temps, les Fassis ont été obligés à sortir leur grand jeu pour distancer leurs adversaires salouis par 21 à 33.
Après la pause, ce n’est que partie remise puisque le jeune coach slaoui, Saïd Bouzidi, a contrecarré intelligemment la tactique classique de Najib Filali. Laquelle reposait essentiellement sur la défense un, deux, deux. Ce qui a donné l’opportunité au maître à jouer slaoui, Didouh, de bénéficier d’un écran permanent de la part de son pivot. Avantage qui lui a permis de balancer des tirs meurtriers qui ont fait mouche. Les Slaouis vont alors terminer l’avant-dernier quart-temps avec un avantage de quatre points (47 à 43).
À la reprise, tout était encore possible, mais l’expulsion de Jad loutarfi après avoir écopé de cinq fautes a néanmoins déboussolé le schéma tactique du manager fassi, Filali. D’autant plus que les amis de Tahassine ont accusé en fin de match une fatigue manifeste pour s’incliner sur la marque de 71 à 63. Il faut attendre le match retour à Fès pour connaître l’heureux finaliste de cette coupe trône même si les Slaouis ont pris une bonne option.
La demi-finale qui a opposé le FUS au TSC ne s’est pas déroulée, comme tout le monde l’attendait, sur un triomphe facile des Rbatis. Mais dame coupe a toujours réussi à chambouler la donne de l’ordre établi entre les plus fortes et les plus petites équipes. Dans ce duel, les protégés du coach du TSC, Jaed Youssef, étaient déterminés à remporter la première manche à Rabat. Cette convoitise va se concrétiser au fil du match par une nette domination slaouie qui est arrivée parfois à plus de 15 points d’écart. À l’opposé, les coéquipiers de Kajjaj ont commencé à douter de leur capacité à reprendre en mains les rênes du match. Il a fallu un temps mort vital pour que le coach du FUS, Houari, remonte le moral à ses joueurs en leur assurant que rien n’était perdu. Le déclic tant attendu arriva. Le quatrième quart-temps fut joué à un rythme infernal par les Fussistes qui ont réussi à remonter la pente pour finir victorieux sur les Tihadis par la marque de 80 à 72. Mais rien n’est encore joué en attendant le match retour à Casablanca.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *