Le FUS fait place nette

Le FUS fait place nette

Samedi, une ambiance de fête a régné dans la salle omnisports Ibn Yacine de Rabat. En plus de la nature de l’enjeu, du nombre impressionnant des spectateurs et de l’extraordinaire ambiance, un fair-play digne du sport des intellectuels a été de mise. Quant à l’arbitrage de part et d’autre, il n’a eu aucune influence sur le résultat acquis.
Le duo international Abdelilah Chlif et Benaïssa Chrif ont été à la hauteur de la fête. La première finale de cet après-midi de basket-ball a mis aux prises les dames du FUS à ceux des FAR. Le dernier mot est finalement revenu au FUS sur le score de 71-65 après avoir dominé respectivement les quatre quart-temps (16+13) (16-22), (22-15) et (17-15). Cette domination a permis aux dames du président Abdelali Zerouali de remporter leur deuxième sacre après celui de la saison sportive 1996/1997. Alors que les FAR ont raté une occasion de remporter leur sixième Coupe du Trône, un record que seul le CODM détient. Le FUS (hommes) s’est pour sa part adjugé, samedi, sa 47ème Coupe du Trône après sa victoire méritée sur son rival l’ASS. Les Fussistes ont privé leur adversaire d’un premier sacre de son histoire. Les protégés de Rachid Yatribi ont très bien étudié leur homologue au premier quart-temps qui s’est soldé sur la marque de 13-12. Lors du deuxième quart, Merouane Moutalibi, Adil Baba, Mohamed Mouak, Hicham Abdelmalek et Alaoui n’ont rein laissé au hasard et ont terminé ce set sur les chapeaux de roues, au moment où les Slaouis ont connu une torpeur et un passage à vide durant lequel rien ne leur a réussi. La pause s’est soldée par la victoire du FUS 36/23. A la reprise, les hommes de Rachid Yatribi ont pris de nouveau les choses en main sans trop forcer leur talent profitant d’un manque d’équilibre des Slaouis entre la sécurité du secteur intérieur et la prise de risque des extérieurs. Ils étaient en effet trop hésitants. Lors de ce set, l’expérience du FUS a prévalu sur l’ambition de l’ASS.
Ce dernier avait basé son jeu sur son maître tireur Mustapha Didouch qui était trop nerveux pour réussir le total de points habituel (38 pts en moyenne). Ce troisième quart-temps revient également aux Fussistes 52/40. Au moment où tout le monde attendait la riposte de l’ASS, le FUS n’a jamais lâché le morceau manoeuvrant avec délicatesse les toutes dernières minutes où les hommes de Saïd Bouzidi se sont dégagés de leur pression pour prendre d’assaut le panier du FUS. Cependant le chronomètre arrive au bout du compte pour stopper ce réveil tardif des corsaires sur la marque de 69/63. « La partie n’a pas été de tout repos, la bonne gestion, l’expérience et le trop d’envie de remporter cette Coupe était pour beaucoup. L’ASS n’a pas démérité, l’expérience les l’a trahie mais c’est ça le jeu, on était les mieux organisés sur tous les compartiments. Je suis naturellement fier du résultat qui est réconfortant.
Bravo aussi à l’ASS qui a fait preuve de bravoure et d’un fair-play exemplaire», a déclaré Rachid Yatribi. Après la défaite de son équipe, le coach de l’ASS, Saïd Bouzidi, a pour sa part estimé que ses « joueurs ont été sous une pression à laquelle je n’ai pu remédier car ils n’ont pas l’habitude d’évoluer devant plus de 4.000 spectateurs. A l’opposé, le FUS demeure une grande équipe avec un passé glorieux et je les félicite. Pour notre part c’est une bonne expérience qui servira aux play-offs sur lesquels nous allons nous concentrer ».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *