Le FUS retrouve le sacre

Le temps était à la fête du basket-ball samedi dernier à la salle omnisports d’Ibn Yassine de Rabat. La rencontre tant attendue entre le FUS de Rabat et le MAS de Fès, comptant pour la finale de la Coupe du Trône, a tenu toutes ses promesses. La lutte s’annonçait, bien avant le match, très acharnée en mettant aux prises deux formations qui ont déjà fait leurs preuves que ce soit en championnat ou en coupe. Il était donc très difficile de savoir laquelle allait l’emporter. Même à quelques minutes de la fin de la partie, nul ne pouvait avancer des pronostics. Certes, le Fath de Rabat évoluait à domicile, mais les fassis n’y ont aucunement vu un handicap. Plusieurs supporters Fassis ont d’ailleurs fait le déplacement jusqu’à la capitale administrative pour soutenir les Jaune et Noir.
La partie a été dirigée par deux arbitres internationaux, les Tunisiens Kenani Hicham et Ksontini Haikel. Une décision émanant de la Fédération royale marocaine de basket-ball (FRMB) pour éviter toute contestation ou impartialité. Une première dans les annales du basket national qui a suscité un grand engouement chez toutes les parties.
Les deux équipes impulsaient un véritable rythme de corrida, à la grande joie de tout le public présent et qui semble, l’espace d’une rencontre, avoir retrouvé le niveau d‘un basket-ball très populaire. Grâce à ses deux maîtres à jouer, en l’occurrence Kajjaj et Mouak, les Fussistes sont parvenus à dominer quelques rebonds offensifs et défensifs par lesquels les Rbatis ont clôturé le premier quart-temps sur le score de 21-15.
lors du deuxième quart-temps, les poulains de Mohamed Zahzouhi ont haussé le ton pour remettre les pendules à l’heure grâce à leur meneur de jeu Abdelfitah Bouhaba pour clôturer la première manche par un panier d’écart 36-38. Après la pause, les deux entraîneurs se sont avérés de très grands tacticiens, optant pour un jeu défensif et d’homme à homme.
L’objectif de cette tactique défensive est de marquer étroitement le plus fort tireur de parts et d’autres. Ce qui a rendu la tâche plus difficile aux deux protagonistes qui sont allés chercher les pénétrations de l’intérieur et les contre-attaques rapides pour achever ce troisième quart-temps sur le score de 58-56 en faveur des Fussistes. Au cours de la dernière partie, aucun des titans n’a voulu renoncer puisque le score n’a jamais dépassé un panier, ce qui en dit long sur la physionomie de la rencontre. Le suspense a plané jusqu’à l’ultime minute puisque le tableau de marque affichait 72-72. Tout le monde attendait les prolongations. Mais une faute d’un défenseur du MAS a coûté très cher aux hommes de Mernissi pour s’incliner in-extrêmis sur la marque étriquée de 74-72.
«La chance a été de notre côté, après dix ans de frustrations. Je en peux pas décrire combien je suis heureux de cette victoire. Le MAS méritait autant que nous de gagner. Le dernier mot n’a été dit qu’à la fin et c’est nous qui l’avons eu » a déclaré le coach rbati, Driss El Houari.
Le FUS a remporté ainsi son 7e titre après ceux décrochés en 1972, 1977, 1981, 1982, 1985 et 1991. il détient ainsi un record national. Il était à égalité avec son adversaire du jour avec six titres pour chaque équipe. Mais le MAS a ainsi raté l’occasion de prendre sa revanche sur le FUS qui l’avait battu en finale de la coupe du trône de 1991 avec un seul point d’écart (82/81).
«Cette défaite s’explique essentiellement par le jeune âge de nos joueurs qui ont tenu la dragée haute face au FUS qui jouait sur son terrain et devant son public», dédramatise le coach du MAS, Mohamed Zehzouhi, précisant que ses joueurs diront bientôt leur mot. Les deux équipes pourront toutefois se rencontrer une deuxième fois en fin de saison pour le compte du titre de champion, mais avec différentes ambitions: le FUS pour réussir le doublé et le MAS pour sauver la saison.
Pour leur part, les dames, elles aussi, étaient au rendez-vous pour le même sacre qui avait mis aux prises le FUS au TSC. Cette rencontre s’est soldée par une nette supériorité du TSC sur la marque de 51 à 40 pour s’adjuger à leur tour la Coupe du Trône.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *