Le Ghana a réussi son match d’ouverture

Le Ghana a réussi son match d’ouverture

A la dernière minute du temps réglementaire, Sulley Muntari a donné l’avantage à  son équipe sur un tir très puissant offrant au Ghana sa première victoire. Un démarrage réussi pour le pays hôte. Toute l’Afrique a eu les yeux braqués, dimanche après-midi, sur Accra où a été lancée la 26e Coupe d’Afrique des nations (CAN 2008).
Le Ghana a failli rater le match  d’ouverture de cette prestigieuse compétition. Les Blacks Stars n’ont soulagé leur public qu’à la dernière  minute du temps réglementaire. Environ 45.000 supporters étaient massés  au stade Ohen Jan où le jaune, le rouge et le vert, les couleurs des deux nations, ondulaient dans les travées. Lors de la première mi-temps du jeu, les hommes de Claude Le Roy ont raté de nombreuses occasions, notons, entre autres, celles signées par Junior Agogo et  Mickael Essien respectivement  à la 19e  et 27e  minutes  du jeu, qui ont  vu  le poteau gauche de Kemoko Kamara  renvoyer leurs tentatives. Après une heure de domination, les Ghanéens ont fini par trouver l’ouverture dans la défense ghuinéenne sur un penalty tiré par Asamoah Gyan, consécutif à une faute d’Oumar Kalabane sur Agogo. Le même  Kalabane revient pour égaliser à la 65e minute.  Il marque de la tête après que le ballon eut frappé la barre  transversale et rebondit sur l’épaule du gardien Richard Kingson.
En l’absence de Stephen  Appiah, le capitaine blessé, Essien a tenu seul le rôle du chef. Pressés sur le but par des Blacks Stars mal récompensés, le «Silly national» a fini par céder.  Les «Black Stars» semblent en ordre de marche. Sulley Ali Muntari, une des idoles du Ghana même s’il ne joue pas dans un  grand club européen (il est à Portsmouth, en Angleterre), a montré ses  qualités à l’Afrique entière et à une partie du monde qui regarde la CAN. L’autre perle noire du Ghana, l’attaquant Junior Agogo, a réussi à montrer pourquoi Le Roy voit en lui le «complément idéal» de Gyan. En s’acheminant vers la fin de la rencontre, la Guinée a  laissé le jeu en faveur des organisateurs du tournoi en se contentant de défendre et de rester aussi organisée qu’au début de la rencontre. Toujours à Accra, la Ghuinée affrontera dans son prochain match la sélection marocaine le 24 de ce mois. L’équipe marocaine est l’équipe nord-africaine la mieux armée selon les professionnels pour décrocher le trophée africain. «S’il y’a un pays de l’Afrique du nord capable de briser la domination des équipes de l’Afrique  noire dans leur fief, c’est bien le Maroc», écrit la  presse britannique. Les Lions de l’Atlas disposent de l’une des lignes d’attaque les plus  consistantes sur le continent, avec des joueurs de grand talent, comme Marouane Chammakh, Soufiane Alloudi, Tarek Sektioui  ou bien Youssef Hadji, sacré joueur marocain de l’année. Pour sa part, le Ghana affrontera la Namibie le 24  janvier. Le match choc du groupe est celui qui opposera les Lions de l’Atlas aux Blacks Stars du Ghana, le pays hôte. Etaient présents lors de la rencontre, le président du Ghana, John Kufuor qui était accompagné dans les tribunes par les présidents de la Fédération internationale (Fifa), Joseph Blatter, de la Confédération africaine (CAF), Issa Hayatou, et de l’Union européenne (UEFA), Michel Platini.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *