Le Ghana héroïque, la Côte d’ivoire cartonne

Le Ghana héroïque, la Côte d’ivoire cartonne

Le Ghana, réduit à dix en deuxième période, est tout de même parvenu, dans la douleur, à battre in extremis le Nigeria (2-1) pour se qualifier pour les demi-finales de la Can que disputera également la Côte d’Ivoire, large vainqueur de la Guinée, écrasée 5-0, dimanche. Le pays organisateur a bien cru son rêve brisé dans le derby qui l’opposait à son grand rival et voisin nigérian. Mené au score après un pénalty transformé par Yakubu (34e) puis en infériorité numérique à l’heure de jeu à la suite de l’exclusion de Mensah pour une faute en position de dernier défenseur sur Odemwingie, le Ghana a sérieusement tremblé avant, à chaque fois, de refaire surface. C’est d’abord Essien qui réussissait à égaliser juste avant la pause (45e+2) avant qu’Agogo ne donne aux siens la victoire et le billet pour le dernier carré à six minutes du coup de sifflet final. Les Black Stars de Claude Le Roy sont revenus de très loin mais peuvent poursuivre leur quête d’une cinquième couronne devant leur public. Après un premier tour sans fioritures au niveau comptable (3 succès) mais laborieux sur le plan du jeu, il leur faudra cependant revoir largement leur copie sous peine de souffrir, jeudi à Accra. La Côte d’Ivoire et ses stars étaient trop fortes pour une Guinée en plus diminuée (5-0), et les Eléphants ont rejoint comme prévu les demi-finales de la Can, dimanche à Sekondi. Le grand favori de la compétition a fait honneur à son statut et peut désormais se concentrer sur sa demi-finale de jeudi. Les Eléphants ivoiriens n’ont, eux, pas eu à forcer leur talent contre une Guinée démunie par la suspension de son capitaine Pascal Feindouno. Et c’est une nouvelle fois leur supériorité technique qui a fait la différence à l’image de l’exploit de Keita (25e), du but de Drogba, son troisième du tournoi (70e), du doublé de Kalou (73e, 80e) et du missile expédié par Baky Koné dans les filets guinéens (86e). Les choses sérieuses devraient débuter dès jeudi à Kumasi et à Accra.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *