Le Kawkab cherche une issue à sa crise

Le Kawkab cherche une issue à sa crise

Lors de ce point, le président a affirmé que le comité du KACM a usé de ses propres moyens pour savoir ce qui se passe et trouver une solution à cette crise très critique que traverse le Kawkab. Un autre élément vient de s’ajouter à cette situation, à savoir les mauvais résultats de ce premier tiers du championnat du GNFE1, a-t-il dit. Le club a besoin du soutien inconditionnel de tous les opérateurs économiques de la ville et aussi des autorités locales. Dans cette perspective, le président a souligné que le conseil de la ville en est conscient.
«Le maire, Omar Jazouli, nous a assuré que le conseil va accorder une enveloppe budgétaire au KACM. En plus, le Maire nous a fait savoir qu’il est en train de conclure une opération avec un grand opérateur économique de la ville pour sponsoriser l’équipe, afin de surmonter ladite crise», a confié ce dernier.
Dans le même ordre d’idées, Benchekroun a affirmé que le comité directeur du Kawkab de Marrakech a procédé au règlement des différents litiges, en l’occurrence les arriérés de la CNSS (7+5 millions de centimes), les impôts impayés par l’ex-acquéreur du café-restaurant la Dorade qui appartient au KACM.
Concernant le volet purement sportif, Mohamed Benchekroun a tenu à préciser que le KACM est en concertation pour un partenariat avec le club espagnol, le Réal Madrid. La visite, il y a quelques semaines, d’Emilio Butraguenó, directeur sportif du club madrilène, rentre dans ce cadre. À propos des mauvais résultats enregistrés par le KACM, Benchekroun veut rester optimiste. «C’est vrai, l’équipe ferme la marche du classement général, mais rien n’est perdu. Le Kawkab va retrouver sa place qu’il mérite. Nous sommes en discussion avancée pour le recrutement de bons joueurs pour la période du Mercato. Concernant Samir Sarsar, son affaire est close, a-t-il précisé. Avant d’ajouter : «Le KACM a décidé de le céder définitivement». En prenant une telle décision, le KACM met fin à une polémique qui a fait couler beaucoup d’encre et mis dans l’embarras les responsables de la Fédération royale marocaine de football qui ne savaient sur quel pied danser. Même si, dans ce cas sans précédent, la fédération a donné raison au Wydad de Casablanca, ce qui n’est nullement un cadeau, mais le club dispose de tous les documents justifiant le transfert légal du joueur, il n’en demeure pas moins qu’une réforme des textes et règlements s’impose plus que jamais pour éviter que d’autres affaires Sersar n’éclatent.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *