Le malaise des professionnels

Après l’annonce officielle de Hassan Kachloul de décliner toute convocation afin de rester au service de son club anglais d’Aston Villa, c’est au tour de Youssef Rossi de faire preuve de désintéressement en refusant de prendre part aux prochaines rencontres de l’équipe nationale. La raison en est qui à chaque fois qu’il est convié à jouer, c’est pour occuper le poste de remplaçant. Le joueur ne veut tout simplement plus être relégué au banc de touche. Fort de son expérience et de son riche passé avec les Lions de l’Atlas, ce n’est cependant pas la première fois que Rossi est convié à jouer au bouche-trou. Un poste de remplaçant de luxe que le joueur a l’intention de ne plus accepter. Aux deux joueurs, s’ajoute Mustapha Hadji qui se fait toujours prier pour rejoindre la sélection nationale. Il avait été hué à maintes occasions par le public marocain après ses minces prestations lors des derniers matchs qu’il a disputé avec la sélection nationale. Ce qui explique sa décision. Malgré le souhait exprimé par l’entraîneur de l’équipe nationale, Cuelho de l’intégrer, la question sur la volonté du coéquipier de Kachloul d’y prendre part se pose toujours. Cela fait trois joueurs aguerris aux joutes africaines et dont la présence rendait d’inestimables et précieux services aux Lions de l’Atlas, à l’entraîneur et aux millions de Marocains qui n’ont d’yeux que pour leur équipe. Un phénomène plutôt nouveau sur la scène sportive marocaine, puisque c’est la première fois que l’on assiste à de tels rétractations de la part des joueurs. Mais la question qui se pose d’elle même, c’est pourquoi on fait appel à des joueurs professionnels pour le reléguer au banc de touche. Cuelho devra composer avec un effectif réduit de joueurs professionnels. Un effectif qui a déjà suffisamment montré ses limites. Le sélectionneur national, en quête de nouveaux talents, avait effectué une visite au championnat hollandais. Histoire de repérer des compétences à même de renforcer la sélection. Mais aucun nouvel élément n’est signalé à l’horizon. Ce qui est sûr, c’est qu’il y a malaise quelque part et il faudra le régler au plus vite. Il y va de l’harmonie du groupe dans la perspective de la tant attendue CAN 2002.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *