Le Maroc au 5ème tour du Sénégal

Le prologue, qui a mis aux prises tous les participants, a été une mise en train intéressante. Une expérience intéressante et enrichissante pour les Marocains, qui, aux côtés d’une centaine de coureurs venant de France, d’Italie, de Hollande, d’Angola, de la République de Chine, du Cameroun, du Sénégal, devraient prendre mardi le départ de cette manifestation sportive. Avec 36 coureurs répartis en six équipes, les Français constituent le plus gros du peloton à côté des Sénégalais qui se sont présentés avec trois équipes (A, B et une équipe mixte).
Le coup d’envoi de la première étape du tour a été donné mardi à Dakar et connaîtra son épilogue le 27 octobre. Les coureurs vont traverser les régions centre, nord et sud-est du pays et les villes de Saly, Mbour, Thiès, Fatick, Kaolack, Tambacounda, Goudiry, Simenti, Bakel, Saint-Louis, louga, pour ne citer que les étapes les plus importantes. Selon les organisateurs, l’équipe italienne sera un des grands favoris de ce tour long de 1167,6 km.
Le team marocain, qui participe pour la première fois au tour cycliste du Sénégal, est composée de six coureurs, à savoir le capitaine de l’équipe Brahim Lachhab (FUS), qui a été classé 3ème (par équipes) au dernier championnat arabe de cyclisme au Caire et qui a remporté le challenge de la Fédération royale marocaine de cyclisme (FRMC) en 1996, 1998, et en 2002, Mohamed Daïf (WAC), champion du Maroc en 2001, Abdellatif Saâdoune (Lafarge), 2ème au dernier tour du Burkina Faso où il a été sacré meilleur jeune africain (-23 ans), Mustapha Ammal, sociétaire de l’Union sportive de Casablanca (USC), ancien champion du Maroc (1997) et vainqueur de la dernière étape du tour des villes impériales, Mohamed Ouzraoui (Chabab Anfa) et Tarek Haraki (USC), deux jeunes espoirs du cyclisme marocain. L’équipe du Sénégal vient d’effectuer un stage de 15 jours au Maroc qualifié de « fort enrichissant » par les responsables sénégalais. Selon le directeur de l’équipe sénégalaise « B » et ancien président de la Fédération sénégalaise de cyclisme, Joseph Perreira, ce stage a été au plan technique « très bénéfique » pour les coureurs sénégalais qui ont pu ainsi améliorer « le sprint, la vitesse, l’éventail, les courses par équipes, l’effort individuel et la résistance ».
Ce stage s’est déroulé sous la direction de Mohamed El Gourch, ex-champion du Maroc, vainqueur du tour du Maroc à trois reprises et actuel directeur technique national (DTN), avec la collaboration de l’entraîneur national Mohamed Jaber. Le cyclisme a longtemps été un sport très populaireaui a eu ses heures de gloire avec les El Gourch, Farak, Nejjari, Benbouila, Afandi, pour ne citer que ceux-là. Plus de participations à des manifestations internationales, des moyens plus importants, mais aussi une gestion plus rigoureuse et méthodique devraient être à même de faire reprendre le sourire à cette discipline.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *