Le Maroc s’impose face au Burkina Faso

Amical, certes, mais le match Maroc-Burkina a été, une fois de plus, révélateur. Il a mis en relief l’excellente forme de la sélection nationale et a nourri tous les espoirs. Le match en question s’inscrit dans le cadre des préparatifs des deux sélections pour les phases finales de la CAN 2004 et c’est la sélection marocaine qui se l’est adjugée, en battant son homologue du Burkina Faso (1-0), samedi soir à Meknès. La rencontre aurait pu être davantage prometteuse si les joueurs n’avaient pas à affronter les outrages de la météo. En effet, les pluies torrentielles qui se sont abattues sur la Cité ismaélienne ont entravé le bon déroulement du match. La pelouse, sérieusement lestée par les averses, est devenue quasi-impraticable et les joueurs peinaient pour y évoluer. Les Lions de l’Atlas ont cependant été combatifs jusqu’au bout, faisant montre d’une détermination et d’une volonté immenses, en dépit d’un autre handicap, concernant l’absence à la fois du capitaine d’équipe Naybet, qui est indisponible durant une dizaine de jours, ainsi que Fahmi et Rachid Roky, tous deux blessés la semaine dernière. Les hommes de Badou Zaki allaient vite donner sa connotation au match, marquant ainsi leur domination. À la 25e minute, une balle arrêtée, dégagée par Mokhtari, sera interceptée par Abdeslam Ouaddou qui, de nulle part, avait surgi derrière la défense adverse pour battre le keeper burkinabé. Le ton était donnée et la domination des Lions de l’Atlas, domination dont on ne percevait que les prémisses, venait d’être explicitée. La rencontre se poursuivra avec la même détermination et un pressing notoire de la part des Marocains, mais la marque ne sera aucunement aggravée. La première mi-temps, les Burkinabés resteront ainsi casernés dans leur défense. Ce n’est qu’en seconde période qu’ils sortiront de leur cantonnement et tenteront de vouloir renverser la vapeur. L’une de leurs tentatives, à la cinquantième minute, à d’ailleurs failli faire mouche, lorsque Ouadrago mit en orbite un ballon qui a flirté avec la lucarne de Fouhami. Les Marocains restent ainsi sur la bonne voie qu’ils ont amorcée et qui a été ponctuée par une série de matchs sans défaite. Le parcours sans faute des Lions de l’Atlas lors des éliminatoires de la CAN 2004 en est un constat irrécusable. Nos filets sont restés vierges et la stratégie de Badou Zaki semble tenir la route.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *