Le MAS retrouve le sourire

Le MAS retrouve le sourire

La belle opération de la 16ème journée du championnat national de basket-ball est à mettre à l’actif du MAS qui, après quatre défaites d’affilées, retrouve le sourire. Il le doit à un N’Baye Matar abrasif qui a inscrit à lui seul vingt points auxquels il a ajouté huit passes décisives. Son immense contribution n’aurait guère eu d’écho sans la dépense d’énergie de toute une équipe qui a réalisé un match de basket-ball intelligent sur les plans offensif et défensif enserrant les joueurs rajaouis dans une véritable camisole. Il convient également de souligner que le comité du MAS a fait appel aux services de l’enfant du cru Driss Ghissassi après avoir obtenu un diplôme français d’entraîneur de basket-ball de 1er degré. Si le MAS était lors de cette rencontre plus motivé que jamais appliquant à la lettre toutes les consignes de son nouveau coach, les Rajaouis ont à l’opposé commis des erreurs défensives, oubliant derrière eux leurs adversaires qui scoraient sans peine, alors qu’ils devaient se mettre entre le panier et l’adversaire, chose que le coach Mustapha Tazaroualet n’a pas cessé de répéter tout au long de la partie. Les trois premiers quart-temps ont tourné au profit du MAS (22-18), (39-28) et (54-45). Lors du quatrième quart-temps, on a constaté un sursaut d’orgueil de la part des co-équipiers de Mustapha Khalfi qui ont pu sortir de leur torpeur grâce notamment à l’efficacité de l’axe Hicham Amrallah (15pts), Mohamed Hannoni (12pts), Adnane M’saâdia (10pts). Cependant le manque de fraîcheur physique d’une part et la non-maîtrise du rythme d’autre part ont contraint les Vert et Blanc à essuyer leur septième défaite de la saison sur le marque de 64/71.
Le complexe sportif Sidi Mohamed a abrité à son tour l’une des plus spectaculaires rencontres entre le TSC et le FUS. Après une mi-temps plutôt équilibrée (48/47), le TSC s’est retrouvé dépassé par le rythme fussiste qui fonctionnait parfaitement grâce aux internationaux Merouane Moutalib, Abdelmalek Hicham et Mohamed Mouak qui ont opté pour la défense homme à homme et les contres rapides alternés par des tirs à mi-distance meurtriers. Les temps-morts demandés par Redouane Hadany ont certes réduit la marque, mais la victoire finale est revenue aux FUS qui a eu sa revanche du match aller sur le score américain 91/103.
Le coach Saïd Bouzidi de l’ASS a fait du bon travail au sein de sa formation qui compte parmi les plus redoutables du championnat national. Son succès éclatant aux dépens de la belle équipe de l’IRT n’a fait que confirmer la cohésion, la constance et la solidarité d’un groupe qui commence à se construire une identité grâce notamment à son cheval de Troie Mustapha Didouch, son catalyseur Zouheïr Bourouis et son intérieur N’Gongba Patrik. La partie se plie en faveur de l’ASS sur la marque sans appel de 74/44.
Comme nous l’avons déjà signalé, le KAC de Kénitra est le seul club qui se trouvait libre de toute pression compte tenu de sa dernière victoire contre le Raja à Casablanca sur le score de 71/76. Une victoire lui a ouvert la porte pour jouer le play-out. Sa défaite contre le RSB 92/80 ce week-end n’est donc qu’une simple formalité en attendant le plus sérieux. À l’opposé le succès de la RSB lors de cette rencontre garde ses chances intactes quant à une éventuelle qualification au play-off. Tels sont les souhaits de son président Abdelmajid Madrane.
A Meknès et après un début très accrocheur de la part du CODM, le WAC est parvenu à faire la différence. La victoire des rouge et Blanc (75/92) est une bonne affaire qui leur permet de rester aux commandes en attendant le match décisif contre le FUS lors de la dernière journée à Rabat.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *