Le Mouloudia d’Oujda se sépare de son entraîneur

Le Mouloudia d’Oujda se sépare de son entraîneur

Après le Kawkab, le Wydad, le Moghreb de Tétouan, l’Olympic de Safi, Khouribga, le Fath de Rabat, le Hassania d’Agadir  et  le CODM, le Mouloudia d’Oujda vient de se passer des services de son entraîneur Aziz Kerkache. La raison avancée par les dirigeants de l’équipe est les mauvais résultats enregistrés au cours des dernières journées. L’équipe caracole à la 13ème place avec 11 points. Sa défense est considérée comme la plus faible du championnat avec 20 buts encaissés, alors que son attaque n’est pas une foudre de guerre et n’a pu inscrire que neuf buts en douze rencontres.
Tout a commencé contre le FUS lors de la 10ème journée. Le nul concédé à domicile a suscité des remous au sein du groupe et des inquiétudes quant à l’efficacité du schéma tactique adopté. Situation qui allait empirer au cours de la 12ème avec une défaite lourde en conséquences contre le KACM.  L’équipe avait alors réalisé sa piètre prestation de la saison tout en sachant qu’elle n’a ramené aucun point de tous ses matches à l’extérieur.  Ce fut la goutte qui a fait déborder le vase. Les supporters présents au stade municipal d’Ahfir n’avaient ménagé personne notamment le comité qui a dû subir  les foudres d’une foule exacerbée. 
Pour absorber la colère généralisée, plusieurs dirigeants avaient pointé du doigt l’entraîneur et ont exprimé leur souhait de démettre  Kerkache de ses fonctions. Chose qui s’est confirmée lors  d’une réunion restreinte du comité suivie d’une autre entre le président de l’équipe Mohammed Lahmami et l’entraîneur. Ils s’étaient mis d’accord de se séparer à l’amiable surtout que les deux parties sont liées par un contrat stipulant un arrangement en cas de défection  d’un signataire. La partie pécuniaire est un secret de Sphinx à Oujda. Le comité qui se veut transparent n’a jamais communiqué ses clauses financières. Même certains adhérents ne sont pas au courant ou ne sont pas  avisés à temps et n’ont accès à l’information que lors des assemblées générales. Un constat qui constitue la réalité énigmatique et inexprimable de l’équipe.
Ceci dit, le salaire mensuel de M.Kerkache ne dépassait guère les 30.000 dirhams. Le plus bas salaire des entraîneurs de la première division. La fourchette des salaires des entraîneurs des équipes de l’élite varie entre 200.000 DH pour l’entraîneur du MAT M’hamed Fakhir et 30.000 DH/ mois. La moyenne est de l’ordre de 70.000DH/mois et c’est le cas de Azzedine Ait Joudi du Hassania d’Agadir. Le poste d’entraîneur est à présent vacant au MCO. Ce qui suscite plusieurs questions sur la gestion à moyen terme du club. Il fallait, selon les professionnels, penser à un remplaçant avant de rompre avec l’entraîneur. Le départ de Aziz Kerkache était attendu en raison de la prestation  peu convaincante du groupe. D’autant plus que M.Kerkache a écopé d’un mois de suspension après son altercation avec l’arbitre, lors de la rencontre qui a opposé le Mouloudia au DHJ. La Commission de discipline de la Fédération lui a infligé une suspension d’un mois. «Un mois sans coach pour diriger une équipe est une catastrophe pour une équipe qui est mal classée», avancent les supporters de l’équipe qui soulignent ne pas comprendre «la passivité des dirigeants». En attendant, le Mouloudia a entamé une série de contacts avec plusieurs entraîneurs, dont le Roumain Moldovan, le Français Rust et les Marocains Youmir et Rbah (le premier est au Golfe, alors que le second se trouve au Canada). D’autres entraîneurs ont déposé leurs CV, mais jusqu’à hier aucun contact n’a donné de suite. Pour le moment, c’est un directeur sportif au nom de Salah Bache qui a accompagné l’équipe à Meknès. Il collabore avec le préparateur physique M. Berrichi et l’entraîneur des gardiens M. Brazi.  

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *