Le naufrage de notre ballon rond

Week-end catastrophique pour les sélections nationales. Les Juniors, tout comme les cadets sont sortis par la petite porte des compétitions africaines.
Les premiers sont contraints de rentrer bredouilles du 13ème Championnat d’Afrique juniors qui se tient actuellement au Burkina Faso. Ils se sont inclinés face aux Pharaons d’Egypte (4-0). Quant aux cadets, qui évoluaient devant leur public à Khémisset pour le compte des éliminatoires de la Coupe d’Afrique, prévue cette année au Swaziland, ils se sont inclinés devant leurs homologues sénégalais, bien plus motivés, par trois buts à zéro. Et c’est tout naturellement que l’on va se poser des questions sur l’avenir de notre équipe nationale «A » de football puisque la relève n’existe pas. Après le scénario de samedi, plusieurs souvenirs douloureux refont surface.
Il y a tout juste une année, les Lions de l’Atlas ont subi une humiliante élimination de la Coupe d’Afrique des Nations au Mali. Nos seniors perdent. Nos juniors perdent et les cadets ne sont pas du reste. La défaite est-elle devenue un état d’esprit chez nos footballeurs ?
Déception. Au stade «4 août» à Ouagadougou, c’est une équipe nationale méconnaissable qui évoluait sur le terrain. Qui aurait pensé que ces mêmes joueurs sont les auteurs d’un bon parcours qualificatif ? Ils se sont débarrassés d’une des équipes les plus coriaces du continent noir, le Nigeria. Mais il faut avouer que depuis le début de cette compétition le 04 janvier dernier, les signes annonciateurs de cette déroute se sont multipliés. Un nul contre le Ghana, vice-champion du monde certes, mais aussi une première défaite contre la Côte d’Ivoire (1-0).
Les Marocains se retrouvèrent derniers de leur groupe, mais il leur restait une petite porte pour accéder au carré d’as et se qualifier aux phases finales de la coupe du monde des moins de 20 ans. En s’inclinant par quatre buts à zéro devant des Egyptiens hyper-motivés et plus frais physiquement, ils ont laissé échapper leurs chances de pouvoir accéder à la cour des grands. «C’est la déception totale. Je ne sais pas ce qui est arrivé aux joueurs», a déclaré Fathi Jamal après le match. Loin d’être à la hauteur, nos juniors ont encaissé le premier but à la 19ème minute par Omar Mansour. A la 41ème minute Imad Ibrahim va doubler la marque en profitant d’un manque de concentration de la défense marocaine pour envoyer d’un tir foudroyant la balle dans la lucarne. Manquant de combativité et de sérénité, les Marocains ne donnaient pas l’impression de pouvoir réduire la marque. Le ballet de buts égyptien a continué avec un troisième but signé Ahmed Said dans les arrêts de jeu de la première mi-temps. De retour des vestiaires, l’entrée en jeu de Fouad Toumi, Youssef Idrissi Kaddioui et Abdenbi Lahrari n’a rien apporté. Les Marocains, au lieu d’attaquer se sont contentés de défendre. Leur espoir s’évanouit complètement à la 58éme par l’entremise d’Ibrahim Imad, auteur d’un doublé (41ème et 58ème).
Ainsi, les Egyptiens se sont qualifiés pour les demi-finales de ce tournoi et affronteront le Mali à Ouagadougou, alors que la Côte d’Ivoire, première de ce groupe après sa victoire contre le Ghana à Bobo Diolasso (3-2), sera opposée au Burkina Faso. A Khémisset, le même scénario se déroulait en même temps. Un seul après-midi a suffi pour dénuder notre réalité footbalistique. L’équipe nationale cadets s’est inclinée face à son homologue sénégalaise par trois buts à zéro. Maman N’day a ouvert la marque à la 23éme minute avant que Massambo Lossambo ne double la mise à la 45éme minute sur penalty. Le troisième but sénégalais s’est inscrit à la 66éme minute sur penalty également, transformé par Baba Mustapha Diop. Après cette défaite, les Marocains quittent le premier tour des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations, qui aura lieu au Swaziland en 2003.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *