Le Paris SG se qualifie pour la finale

Il n’y avait pas de véritable round d’observation entre les deux équipes. Le Paris SG qui voulait surtout éviter de prendre un but qui aurait pu saper sa confiance s’efforçait, toutefois, de rester bien en place. Du coup, la formation parisienne avait du mal à pénétrer dans la surface de réparation adverse malgré une certaine emprise sur le jeu. C’est donc sur les coups de pieds arrêtés que l’équipe de Paul Le Guen se montrait la plus dangereuse. Un coup-franc de Willamis Souza frôlait le montant droit de la cage de Benoît Benvegnu (2e). Un peu plus tard, un autre coup-franc du même Souza était cette fois cadré et Benvegnu devait s’employer pour dévier la tentative (23e). L’attaque parisienne privée de Pedro Pauleta suspendu, continuait de buter sur la défense picarde quand l’arbitre Tony Chapron arrêtait la partie une douzaine de minutes le temps que se dissipe un nuage de gaz lacrymogènes venu de l’extérieur du stade (33e). Après cette interruption et jusqu’à la pause c’est Amiens qui provoquait plusieurs situations chaudes aux abords de la cage parisienne. Au retour des vestiaires, l’arbitre accordait à Amiens un coup-franc indirect dans la surface de réparation parisienne mais André Titi Buengo, le meilleur buteur amiennois en championnat (12 buts), était contré et Jérôme Alonzo arrivait à récupérer le cuir (49e). Amiens emballait alors la rencontre profitant d’une baisse de régime du milieu de terrain parisien. Une frappe d’Antoine Buron était très difficilement écartée par Alonzo qui était sous la menace de Fabrice Fiorese (62e). Puis l’arbitre oubliait de siffler penalty sur une faute pourtant grossière de Larrys Mabiala sur Buengo bien parti pour aller défier Alonzo en tête à tête (67e).
C’est au coeur de la domination picarde que le Paris SG trouvait l’ouverture sur un exploit individuel de Yannick Boli qui venait de rentrer en jeu. Boli partait du milieu de terrain trouvait un relais avec Peguy Luyindula pour venir griller la politesse à la défense amiennoise mal replacée et battre Benvegnu d’une frappe sèche (76e).Dans le temps additionnel Buengo manquait la balle de l’égalisation. Mais c’est Alonzo qui sauvait son équipe des prolongations en se détendant magnifiquement sur une frappe de Fabrice Fiorese alors que se jouait la dernière minute du match. Toujours relégable (18e) le Paris SG qui avait décidé de ménager quelques cadres sur ce match de coupe doit maintenant tout de suite se tourner vers la réception de Saint-Etienne, samedi, qui sera peut-être décisive pour son maintien en Ligue 1.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *