Le parrain de Bahia Mouhtassine

Tout est bien qui finit bien. Après de longues années de manque de moyens financiers à même de lui permettre d’évoluer dans la cour des grandes tenniswomen mondiales, la jeune marocaine Bahia Mouhtassine a enfin réussi à conquérir le coeur d’un sponsor : le groupe La Prairie.
L’annonce du tant attendu « événement » a eu lieu lors d’une conférence de presse tenue, mardi dernier, à Casablanca. De quoi délivrer une joueuse de tennis pleine de talent et ravir ses fans. « Devant la crainte de voir Bahia partir, le patriotisme dont nous sommes, en tant que Marocains, nourris et le souci commercial que nous avons, nous nous pouvions que soutenir Bahia Mouhtassine ». C’est ainsi que le représentant de l’entreprise a résumé les raisons de ce parrainage qui survient un peu tardivement. Mieux vaut tard que jamais, après des négociations qui ont duré pas moins de 5 moins, la signature du contrat de sponsoring pour une durée minimale de trois ans, a été effectuée le jour-même. Se déclarant plus ambitieuse, Mouhtassine a fait part de ses objectifs à court et moyen termes. Elle compte figurer parmi les cent premières du classement de l’ATP, avant le grand tournoi de Rolland Garros et, maintenant qu’elle en est capable, passer à des tournois mieux dotés (110.000 dollars au lieu des 70.000 qu’elle dispute actuellement) et plus compétitifs. Présent lors de cette conférence, Khalid Outaleb, président de la commission technique au sein de la Fédération royale marocaine de tennis, s’est dit « ravi par ce parrainage». «Les soucis majeurs de la fédération sont l’équipe nationale, les clubs et le développement du tennis au Maroc. Elle ne peut pas, à elle seule, prendre en charge les individualités. Le secteur privé a un grand rôle à jouer dans ce sens ». Son rôle cette fois a été, entre autres, de réconcilier les deux parties.
La tension qui régnait, d’une part par le manque d’intérêt qu’affichait la FRMF au « cas » Bahia et d’une autre par les propos et menaces de changement de nationalité en faveur du Qatar que cette dernière a tenus, n’est désormais qu’un mauvais souvenir. Cela fait des années que Bahia est en quête de parrains. L’attente a été longue et le niveau de la joueuse en a longtemps pâti. Il va sans dire que le tennis est un sport qui nécessite beaucoup de moyens. Des moyens qu’impliquent les différents déplacements que les joueurs doivent effectuer pour disputer les centaines de tournois organisés dans les quatre coins du globe.
L’aide qui sera apportée par ce contrat est une bouffée d’oxygène dont Mouhtassine avait tant besoin. Aussi bien la concernée que ses nouveaux parrains ont souligné le rôle on ne peut plus positif qu’a joué la presse dans l’aboutissement de ce mariage de raison. Un mariage qui, on l’espère, en annoncera d’autres.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *