«Le plus difficile reste à faire»

Aujourd’hui Le Maroc : Comment évaluez-vous le parcours de votre équipe en championnat cette saison ?
Hicham Idrissi : Depuis le début du championnat de deuxième division, l’Association Sportive de Salé a visé la montée en GNF I. J’ai passé quatre années à l’ASS en tant qu’entraîneur adjoint. J’ai pris en main les rênes du groupe au milieu de la saison dernière. Et je peux vous assurer que la détermination de toute l’équipe à faire un bon parcours est inébranlable. La preuve, l’ASS est actuellement à la première place du classement.
Mais l’ASS a quand même trouvé plusieurs difficultés pour s’imposer lors de ses dernières sorties.
Vous faites allusion aux deux derniers matches de l’équipe en championnat de GNF II contre l’Olympique de Safi et le TAS de Casablanca. Ce dimanche, il est vrai que le but de la victoire sur les Casablancais n’a pu être inscrit qu’aux arrêts de jeu, mais la raison est toute simple. N’importe quelle équipe ayant en perspective un match contre le leader s’y prépare d’une manière différente. Ses joueurs sont encore plus motivés que d’habitude. La perspective de battre l’équipe à la tête du classement les rend plus déterminés à se donner à fond.
Le club traverse pourtant une crise financière C’est vrai. Les bons résultats ne doivent en aucun cas occulter les problèmes matériels dont souffre le club.
L’aide financière apportée par la Rédal ne suffit pas. Je tiens à ce propos à souligner qu’à plusieurs occasions, le président du club, Haj Abderrahmane Choukri a eu recours à son propre argent pour subvenir aux besoins de l’équipe. Les primes de match perçues par les joueurs ne dépassent pas les 500 DH, ce qui est très peu. Il est grand temps que les potentialités de la ville de Salé se mobilisent. Tout le monde doit être convaincu que sans ressources financières, le club ne peut pas aller bien loin.
Etes-vous satisfait de la prestation de vos joueurs ?
L’équipe a profité de sa fusion avec le Sporting Salé dans la mesure où plusieurs bons éléments ont rejoint les rangs de l’ASS. Certains d’entre eux constituent l’ossature de la formation actuelle.
Il s’agit notamment de Bendahan et El Khouda pour ne citer que ces deux-là. Il était bien sûr très difficile de former un groupe homogène au début.
Deux mentalités existaient : celle d’une équipe fraîchement reléguée opposée à celle d’un jeune groupe ambitieux. Grâce aux efforts des joueurs, du staff technique et des dirigeants, ces difficultés ont été surmontées.
Comment comptez-vous aborder le reste de la compétition ?
Je dis toujours à mes joueurs qu’il faut gérer rencontre après rencontre. Nous jouerons chaque match comme si notre montée en première division en dépendait directement. Il faut pour le moment penser au match retard que nous jouerons ce week-end contre la Renaissance de Berkane. Il faudrait également être spécialement vigilant contre la Difaâ Hassani Jadidi et le Mouloudia d’Oujda. Nous ferons de notre mieux et que le meilleur gagne.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *