Le Portugal passe au deuxième tour

Le Portugal passe au deuxième tour

Le Portugal est sorti d’un premier tour d’une Coupe du monde de football pour la première fois depuis quarante ans en assurant sa qualification pour les 8e de finale d’un succès sur l’Iran (2-0) en match du groupe D, samedi à Francfort.
En 1966, le Portugal, emmené par Eusebio, avait atteint les demi-finales, finissant troisième pour sa première participation. Mais en 1986 et 2002, pour ses deux autres apparitions, il avait échoué au premier tour. Avec cette deuxième victoire, après celle obtenue en ouverture sur l’Angola (1-0), il est donc qualifié. Le second billet pour les 8e se jouera entre le Mexique (4 points) et l’Angola (1 pt).
"Aujourd’hui, nous avons joué notre meilleure performance sur les sept ou huit derniers matches, a déclaré Luiz Felipe Scolari, le sélectionneur du Portugal. Nous avons réussi une bien meilleure performance que face à l’Angola. Mais l’Angola n’est pas une petite équipe : j’ai dû faire comprendre ça aux joueurs, changer leur mentalité et ils m’ont écouté."  Alors que le sélectionneur de l’Iran, le Croate Branko Ivankovic, avait promis qu’il reconduirait l’équipe vaincue par le Mexique (1-3), prenait finalement place sur le banc le capitaine et avant-centre Ali Daei, 37 ans. Le meilleur buteur de l’histoire en sélection nationale (109 buts) tous pays confondus était remplacé par le jeune Mehrzad Madanchi, sans que l’on sache si cette absence était due à la blessure au dos de Daei, ou aux critiques appelant Ivankovic à l’écarter.
La défense iranienne était rapidement mise à contribution, paraissant friable sur les côtés. Deco, absent face à l’Angola pour une lésion musculaire, s’offrait une belle opportunité sur un service de Luis Figo. Sa frappe puissante du gauche était admirablement détournée par la main sûre d’Ebrahim Mirzapour (13). Mais après un début rythmé, l’emprise du Portugal s’effritait. L’Iran s’enhardissait, mais manquait de présence offensive. Les vice-champions d’Europe reprenaient la main en fin de première période sur une infiltration de Cristiano Ronaldo -actif mais au jeu toujours aussi peu dépouillé-, pour une dangereuse frappe du gauche (35). Ce même flan gauche iranien, le plus exposé, laissait ensuite s’échapper Miguel dont la frappe était difficilement repoussée par Mirzapour (44).
Le début de seconde période était pourtant inquiétant pour des Portugais semblant incapables d’accélérer. Mais le match devait soudainement sortir de sa torpeur sur un bijou de frappe de Deco. Le Barcelonais reprenait aux 25 m légèrement de l’extérieur du  pied droit un décalage de Luis Figo pour un but splendide (1-0, 63). Fernando Meira était ensuite pris dans son dos sur un ballon en profondeur, mais le tir à angle fermé de Rasoul Khatibi ne faisait qu’effleurer le poteau de Ricardo (67). Hashemian inquiétait à nouveau Ricardo (78), mais l’Iran se sabordait. Le défenseur central et capitaine Yahya Golmohammadi était pris par une  feinte de Luis Figo et concédait un penalty incontestable. Cristiano Ronaldo ne tremblait pas pour assurer la qualification de son équipe pour les 8e de finale (2-0, 80).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *