Le prestige ne suffit pas

Le prestige ne suffit pas

Ce dimanche, il n’y a pas que le Raja qui a fêté un titre de champion du Maroc longuement attendu et qui ne s’est concrétisé qu’à la dernière journée. Cette saison, le championnat de première division du Groupement national du football élite (GNFE), dont la 30ème et ultime journée s’est jouée le week-end dernier, a fait beaucoup d’heureux. Il y a, bien sûr le Raja qui, en plus de son titre de champion du Maroc, s’est assuré d’une place en Ligue africaine des champions, la plus prestigieuse des compétitions footballistiques continentales. Ce but, les Vert et Blanc se le sont fixés bien au moment où ils étaient en lice pour le titre de champion national. Leur déplacement à Kénitra s’est d’ailleurs effectué avec pour principal objectif de remporter trois points à même d’assurer au club une seconde place au moins, synonyme de Ligue des Champions. Les Rajaouis ne seront pas les seuls représentants du Royaume dans cette compétition continentale. Les FAR, qui ont longtemps dominé le classement du championnat, y participera également.
Une sorte de consolation pour une équipe qui a fait du sacre final une question de vie ou de mort. La Coupe de la CAF, pour le compte de laquelle deux clubs marocains joueront en juillet les quarts de finale (FAR et WAC en l’occurrence), connaîtra la participation de l’Association sportive de Salé. L’équipe qui a beaucoup animé les béats dans le haut du classement cette saison en sera l’année prochaine à sa première expérience continentale. Les Slaouis, qui deviennent le deuxième club au Maroc à s’être doté d’un conseil d’administration, entendent mettre toutes les chances de leur côté, notamment d’un point de vue matériel, dans leur aventure africaine.
Le Wydad de Casablanca, qui a dû se contenter cette saison d’une quatrième place au classement général, jouera, la saison prochaine, la Champion’s League Arabe, une compétition qui, depuis l’année dernière, a changé de look pour ressembler aux championnats européen, africain, asiatique et autres compétitions continentales.
A travers cette participation, les Rouge et Blanc visent avant tout à remplir leurs caisses. En effet, et contrairement aux compétitions africaines, les primes et cachets proposés dans le cadre de l’épreuve arabe sont plus qu’alléchants. A titre d’exemple, les équipes n’ayant pas pu dépasser le premier tour empocheront 50.000 ryals saoudiens. La quatrième touchera deux millions de ryals, le troisième trois millions et l’équipe finaliste percevra 5 millions de ryals. Le vainqueur disposera, quant à lui, de la coquette somme de 7 millions de ryals. Des sommes prises en charge par la chaîne ART qui finance ce championnat à raison de vingt millions de dollars par an comprenant les frais de transport et de séjour des organisateurs, équipes et arbitres ainsi que des primes pour toutes les équipes engagées du premier tour aux phases finales. Une aubaine dont bénéficiera également le finaliste de la coupe du Trône alors que le détenteur du titre jouera automatiquement la coupe de la CAF.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *