Le Raja champion de la CAF

Le Raja de Casablanca a mis fin à une domination algérienne sur la coupe de la Confédération africaine de football (CAF). En faisant un match nul (0-0) dimanche après-midi à Garoua contre le champion du Cameroun, le Coton Sport, le club casablancais a remporté haut la main ce 12ème titre africain qui était jusque-là du domaine privé de la Jeunesse Sportive de Kabylie durant trois années durant (2000, 2001 et 2002). Les Rajaouis ont pleinement profité du résultat réalisé lors de la rencontre aller, qui s’est déroulée il y a une quinzaine de jours à Casablanca. Les Vert et Blanc l’avaient alors remportée sur le score de deux buts à zéro. C’était donc tout naturellement que dimanche après-midi, les Camerounais ont pris d’assaut les buts de Mustapha Chadli dès le début du match. Leurs occasions se sont multipliées tout au long du premier quart d’heure. Mais le goal rajaoui s’en est très bien sorti puisqu’il a sauvé sa lucarne à plusieurs reprises, à la 7ème et la 10ème minute notamment. Ce n’est que par la suite que les poulains d’Henri Michel, dont l’approche était purement tactique, ont pu construire des actions défensives qui ont donné des sueurs froides au gardien de but camerounais. Les Casablancais, qui ont axé leur tactique sur le milieu défensif (4-4-2), se sont montrés à plusieurs reprises très dangereux offensivement, balançant facilement vers une tactique de (4-2-4). L’occasion créée par Mustapha Bidodane à la 18ème minute de jeu en est l’exemple. L’attaquant rajaoui avait raté une occasion en or de marquer un but à l’extérieur, pouvant se peser en or en cas d’égalité. Le scénario de la deuxième mi-temps a été identique à celui de la première période. Les locaux, sous la pression de plusieurs dizaines de milliers de spectateurs, présents dans le stade de Garoua (nord du Cameroun), n’ont pas cessé d’inquiéter le capitaine des Aigles Verts, auteur d’un grand match. Il a eu l’occasion d’étaler son savoir tout au long des premières quinze minutes de cette seconde période, multipliant les interventions décisives. La ligne défensive casablancaise a également fourni un très grand football. Les Nabil Masloub, absent de la rencontre aller, Amine Rbati, Hicham Misbah et Marouane Zemmama ont filtré la plupart des attaques camerounaises. Vers la fin de la rencontre, Hicham Aboucharouane, qui a remplacé Mustapha Bidodane, a failli ouvrir la marque et mettre son équipe définitivement à l’abri. Auparavant, une action du Coton Sport a échoué sur la transversale de Chadli. Après le sifflet final de l’arbitre égyptien qui a officié cette rencontre, des cris de joies ont fusé dans l’enceinte du stade. Les musulmans de Garoua ont tenu à rendre hommage à l’équipe marocaine pour qui la joie de fêter l’Aïd Al Fitr a été doublée par celle de remporter un très beau trophée africain. Ce fut le cas à Casablanca qui a célébré dans la liesse la victoire finale de son équipe. Drapés des couleurs des Vert et Blanc et brandissant le drapeau national, des dizaines de fans ont investi les boulevards de la ville et particulièrement à Derb Soltane, fief de l’équipe, scandant le nom des vainqueurs. Après ces dernières 90 minutes d’un périple africain entamé en avril dernier qui ont été très éprouvantes, les Rajaouis ont donc retrouvé le sourire. Ils ont finalement récolté les fruits de leur labeur. Magistralement, ils ont remporté leur cinquième titre africain après la Coupe d’Afrique des clubs champions en 1989, la coupe de la Champion’s league en 1997 et 1999, et la Super coupe d’Afrique en 2000. Le Raja est la seconde équipe marocaine à remporter cette coupe de la CAF, après le Kawkab de Marrakech qui avait étrenné ce trophée en 1996. Magistralement aussi, le capitaine Chadli et ses co-équipiers se sont avancés à la tribune d’honneur du stade de Garoua pour recevoir leur coupe des mains du président de la Confédération africaine, le Camerounais Aïssa Hayatou, qui aurait souhaité remettre le trophée à son club d’origine, le Coton Sport. Le Raja a inscrit son nom en lettres d’or dans l’histoire du football africain, non seulement par la beauté de son exploit mais également parcequ’il est le dernier club à remporter la coupe de la CAF. En effet, cette 12ème édition est la dernière de son genre, la Confédération africaine ayant décidé de regrouper à partir de l’année 2004, la Coupe d’Afrique des vainqueurs et la Coupe de la CAf en une seule compétition dénommée «Coupe de la Confédération».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *